Braconnage : trois présumés trafiquants de peaux de lions et léopards arrêtés à Thiaroye Kao

Braconnage

 Trois présumés trafiquants de faune, sur un total de huit suspects, ont été arrêtés à Thiaroye Kao, dans la ville de Pikine (ouest), annonce un communiqué de la Direction des eaux et forêts, chasses et de la conservation des sols.

L’opération a été menée par les agents des eaux et forêt du département de Pikine, aidés de la Sûreté urbaine de Dakar et de l’ONG Wara-Salf-Eagle. Les mis en cause ont été pris « en flagrant délit de détention, circulation, commercialisation de dépouilles d’espèces animales intégralement protégées’’. Deux des présumés trafiquants ont été arrêtés à Thiaroye Kao, dans la banlieue de Dakar. Ils ont été pris « en possession d’une peau de tête de lion, une peau de tête de léopard, deux peaux de têtes de lion découpées’’. Les présumés trafiquants avaient aussi entre leurs mains « une vingtaine de morceaux de lion (pattes, dos, flancs), une dizaine de mètres de bandes de peaux de lion, les dépouilles d’au moins six servals (félin sauvage) et des munitions’’.
Selon le communiqué, les deux perquisitions menées dans leurs magasins ont permis de mettre la main sur « pas moins de 20 espèces différentes de dépouilles d’animaux sauvages, dont six espèces intégralement protégées et en voie de disparition dans le continent [africain]’’. Ces perquisitions ont également permis de saisir « plus de 10 espèces partiellement protégées et nécessitant une autorisation de commercialisation délivrées par les autorités compétentes’’.
« Suite à une dénonciation, une troisième interpellation a eu lieu immédiatement à la Médina’’, dans la ville de Dakar, où un autre présumé trafiquant a été arrêté à son domicile « en possession de plusieurs morceaux de peaux de lion et diverses autres espèces protégées’’, ajoute le communiqué. Après les premiers interrogatoires, cinq des huit suspects ont été relâchés, selon le texte, lequel affirme que « la procédure se poursuit actuellement’’. La valeur des produits saisis lors de ces deux opérations « représente plus de 2.000.000 francs CFA, et le quadruple une fois qu’ils sont exportés’’.
Le communiqué souligne que « le découpage des peaux entières de lion et de léopard est devenu le nouveau mode opératoire des trafiquants fauniques pour traverser les frontières et échapper à la vigilance des contrôles de trafics fauniques de plus en plus performants’’.
Le lion et le léopard « sont menacés d’extinction dans leur milieu naturel et bénéficient d’une protection absolue sur toute l’étendue du territoire national’’, rappelle la Direction des eaux et forêts, chasses et de la conservation des sols. « Il est interdit de les abattre, de les détenir et d’en faire commerce’’, avertit-elle.
Selon le communiqué, cette opération met encore en lumière « l’importance du commerce illicite de lions au Sénégal et des grands félins en général, malgré les efforts de conservation des autorités environnementales nationales et internationales au Sénégal’’. Elle a eu lieu dans le sillage des saisies faites à Tambacounda (est) et Mbour (ouest). L’abattage de lion, emblème du Sénégal, et espèce gravement menacée, « ne peut être autorisé que sur ordre présidentiel’’, rappelle la Direction des eaux et forêts, chasses et de la conservation des sols. L’Afrique de l’Ouest compte aujourd’hui moins de 400 lions, affirme-t-elle. En novembre 2014, des trafiquants nigériens avaient été arrêtés par les eaux et forêts et la Division des investigations criminelles (DIC) du Sénégal. A l’époque, 2.634 peaux de félins et autres espèces avaient été saisies. Le Sénégal est décrit dans le communiqué comme « un point chaud du trafic international des peaux’’. 

 

Laisser un commentaire