« Fusiller les présidents Sénégalais » : Ousmane Sonko apporte des précisions par rapport à la vidéo qui fait le tour de la toile

"Fusiller les présidents Sénégalais" : Ousmane Sonko

Dans une vidéo (courte séquence 24s) publiée à travers le réseau social Facebook, le président de Pastef Ousmane Sonko faisant référence à la gestion des présidents sénégalais a affirmé que « Nos politiciens sont des criminels. Ceux qui ont dirigé le Sénégal, depuis le début, mériteraient d’être fusillés… » Ainsi, le leader de Pastef, à travers les ondes de la Rfm, a expliqué de façon claire le pourquoi de ces propos et aussi l’angle sous lequel il faut comprendre.

Selon le leader du Pastef-Les Patriotes, cette vidéo date de plusieurs mois et aussi rappelle le contexte de la publication de cette vidéo.

Contacter en premier par la radio futur média, Seydou Guèye affirme qu' »il a eu froid dans le dos » dès l’instant qu’il a suivi cette vidéo et qu' »il n’en revenait pas« .

Suite à cette réaction de Seydou Guèye, s’en est suivie celle de Ousmane Sonko qui a d’abord répliqué sur la réaction de seydou Guèye mais aussi a apporté des précisions sur ce qu’il a affirmé et le contexte dans lequel ces propos ont été tenus.

A l’entame, le leader de Pastef n’a pas manqué le prote-parole de BBY qui le considère comme « un terroriste » mais « un terroriste qui a servie l’Etat pendant 15 ans« , fulmine Sonko.

Revenant sur la vidéo, le Sg de Pastef de rassurer que « personne ne sera fusillé » avant d’ajouter que « cette vidéo date de plusieurs mois » et souligne « cette vidéo a été sortie dans un contexte qui ne laisse personne indifférent« .

Et d’ailleurs parlant de contexte, dans quelques heures « nous tiendrons une conférence de presse lors de laquelle nous mettrons en exergue plusieurs sujets en commençant par le meurtre d’une des nôtre, de l’insécurité qui gagne de plus en plus du terrain notamment dans la banlieue et autres faits« , dixit le leader de Pastef.

« ça n’a jamais été de dire qu’il faut fusiller qui que se soit. Le langage est très important.« , explique Sonko. Il avance en prenant un exemple sur Ndéné Ndiaye qui avait annoncé que « les transhumants, on doit les pendre » et ceci « n’a pas crée autant d’émoi« .

« Parce que ce n’était pas, dans le fond, de les fusiller mais c’était pour montrer la gravité des actes qu’ils ont posés. Lorsqu’on leur a donné tout les moyens et que les femmes continuent d’accoucher sur des charettes, que des bébés soient rejetés dans les hôpitaux, que des jeunes souffrent parce qu’ils n’ont pas de travail« , avance le leader de Pastef.

Il ajoute « Vous savez quand Trump a dit pays de merde, tout le monde s’est ému ». Mais dans le fond, c’est de dire que « les dirigeants de ces pays, après 50 ans de règne, sont incapables d’utiliser les ressources de ces pays pour devancer les pays occidentaux. »

« Ce qui est en question c’est deux objectifs : l’un pour tenter de diaboliser Ousmane Sonko depuis plusieurs semaines et l’autre c’est de créer une fiction qui n’existe pas entre l’opposition qui a plus que besoin de s’unir. Nous sommes dans le même front avec les autres partis pour continuer le combat. Et je crois que l’opposition sera suffisamment  mature et que les sénégalais pourront comprendre pour ne pas tomber dans le piège« , conclut Ousmane Sonko.

Laisser un commentaire