Au proces de Medinatoul Salam, Khadim SecK enfonce le marabout «C’est Cheikh Béthio m’a remis une arme »

Au proces de Medinatoul Salam, Khadim SecK enfonce le marabou

Texte alternatif de la bannière

Khadim Seck est un mis en cause qui a décidé de ne pas payer seul pour le double meurtre de Médinatoul Salam. Entendu devant la barre de la chambre criminelle DZ Mbour, il n’y est pas allé par quatre chemins pour accuser Cheikh Béthio Thioune d’avoir commandité le meurtre des deux disciples abattus et enterrés e. Catimini. Ainsi, à la barre de la chambre criminelle du tribunal de Grande
instance de Mbour où le procès de Médinatoul Salam est ouvert ce
mardi, 23 avril, ce dernier a affirmé que Cheikh Béthio Thioune lui a remis
une arme lors de la période électorale de la présidentielle de 2012.

Selon le correspondant d’iradio, il ressort, dans la lecture des chefs d’accusations, que des coups de feu ont été tirés le jour du drame survenu le 22 avril 2012. Selon le compte rendu de l’audience, une partie des mis en cause a soutenu que les vrais auteurs du double crime de Bara Sow et Ababacar Diagne, sont Cheikh Faye et sa bande de ’’Thiantakones’’, communément appelés les commandos de cheikh Béthio Thioune.

D’ailleurs, l’une des dépositions lues par le greffier, explique qu’après le drame,
ces derniers, qui étaient armés, ont entonné « commandos, commandos » pour crier victoire.

Aussi, le guide des thiantakounes a avoué avoir exclu Bara Sow des rangs de ses disciples après avoir dit-il, injurié Serigne
Saliou Mbacké. d’après le texte lu par le tribunal, Cheikh Béthio a assumé
vouloir la mort de Bara Sow même s’il ne l’a pas tué. Seulement, l’un des
accusés affirme que son guide spirituel lui a remis son arme et lui a même laissé la directive de ne jamais laisser Bara Sow remettre les pieds dans sa maison. D’autres co-accusés comme Moussa Diène, propriétaire d’une charrette ont indiqué que les deux corps sans vie ont été cachés
dans la maison du cheikh pour être inhumés en cachette dans une fosse commune plus tard dans la nuit.

Entendu, le guide des Thiantakones a
juré que son véhicule n’a jamais été sur les lieux du drame. D’ailleurs,
il n’a entendu aucun coup de feu, le fameux jour. A rappeler qu’absent du
procès « pour des raisons de santé », Cheikh Béthio Thioune est jugé par contumace autrement dit sans sa présence.


Présent au procès de l’affaire Médinatoul Salam qui a coûté la vie à son neveu, l’oncle de Bara Sow, El’hadji Mamadou Falilou Ba, une des victimes, attend que « le droit soit dit. » « Je suis content que le procès soit enfin ouvert, exulte-t-il, interrogé par iRadio. « Mon neveu a été tué le 22 avril 2012. Cela fait sept (7) ans aujourd’hui. Je demande à ce que le
droit soit dit d’autant que les faits sont avérés. Il y a des morts et un enterrement sans autorisation. »

En face, les proches des présumés meurtriers tiennent un tout autre langage. Après sept ans de détention, ils demandent à ce que les disciples de Cheikh Béthio Thioune bénéficient
des mêmes faveurs que leur guide. « Ce qu’on attend de ce procès, indique Mamy Diouf, sur les mêmes ondes, c’est qu’on fasse les choses et qu’on en finisse parce qu’ils ont déjà purgé sept (7) ans de prison. Il est temps qu’on les juge. Rester tout ce temps en prison sans qu’ils ne soient
jugés, c’est tout simplement inadmissible. Cela ne se passe qu’au Sénégal. Il est vraiment temps qu’on les juge et qu’on les relâche ou qu’ils bénéficient d’une liberté provisoire comme leur guide. Pourquoi pas! » Pour rappel, Ababacar Diagne et Bara Sow sont deux thiantakones » tués en avril 2012 à Médinatoul Salam.

Laisser un commentaire