Attentats du 13 novembre : le gilet explosif de Salah Abdeslam n’aurait pas fonctionné

    Attentats du 13 novembre

    Pourquoi Salah Abdeslam n’est-il pas mort comme les neuf autres membres des commandos du 13 novembre 2015? C’est l’une des principales questions, restée pour le moment sans réponse, du pire attentat qu’ait connu la capitale française.

    Selon les informations de France inter, c’est une défaillance technique qui aurait pu empêcher le terroriste de se faire exploser. Un câble électrique était abîmé à l’avant du gilet explosif et une petite pièce du détonateur était cassée à l’arrière, détaille la radio. Des expertises ont été réalisées. Elles sont formelles: le courant ne pouvait pas passer et le dispositif était donc dans l’impossibilité d’exploser. On savait jusqu’à présent qu’il manquait une pile et le bouton poussoir, deux éléments que le terroriste aurait toutefois pu soustraire au moment où il a abandonné sa ceinture.

    L’attitude de Salah Abdeslam le 13 novembre reste une énigme. Pendant cette funeste soirée, il joue dans un premier temps le rôle de chauffeur, véhiculant les trois membres du commando qui se feront exploser au Stade de France. Entré dans Paris, il abandonne sa voiture vers 22 heures, dans le XVIIIe arrondissement, place Albert-Kahn. Quelques centaines de mètres plus loin, il achète un téléphone portable, rue Doudeauville. Il passe plusieurs coups de téléphone en Belgique, notamment à Hamza Attou et Mohammed Amri, qui viendront le chercher en voiture, le lendemain matin.

    Puis, peu avant 23 heures, il s’engouffre ensuite dans la station Marcadet-Poissonnier, également située dans le XVIIIe arrondissement, et emprunte la ligne 4 du métro jusqu’à son terminus, à Montrouge, au sud de Paris. C’est ici qu’il abandonne son gilet explosif, qui sera retrouvé quelques jours plus tard.

    Faut-il y voir l’intention d’une attaque avortée du métro parisien à cause d’un gilet explosif défectueux? Ou Salah Abdeslam a-t-il renoncé à se faire exploser au dernier moment? Dans son message de revendication, Daech évoquait le XVIIIe arrondissement de Paris comme cible, alors qu’aucun attentat n’y a eu lieu ce soir-là. En outre, dans un ordinateur saisi par les policiers belges dans une planque bruxelloise, on trouve la mention d’un «groupe métro» à l’intérieur d’un dossier «13 novembre».

    Le terroriste aurait confié à son cousin, qui l’a caché juste avant son arrestation, qu’il voulait mourir en martyr, comme son frère Brahim qui s’est fait exploser boulevard Voltaire, mais que son gilet n’avait pas fonctionné. Un témoignage qui tendrait à recouper les informations de France inter.

    Salah Abdeslam doit être jugé début février à Bruxelles pour une fusillade survenue quelques jours avant son interpellation. Tout le monde espère obtenir un début d’explication aux nombreuses questions qui entourent encore le 13 novembre.

    Laisser un commentaire