Après la Cour d’Appel: Les espoirs de Khalifa Sall reposent désormais sur la Cour de Cassation

Après la Cour d'Appel: Les espoirs

L’espoir semble avoir quitté le camp des partisans du maire de Dakar. Après avoir subie la douche froide qu’a été le rejet de leur demande de liberté provisoire et les nullités soulevées par la Cour de justice de la Cedeao, -manquements qui devaient aboutir sur la libération d’office de leur client-, les défenseurs du maire de Dakar ont tourné la page Demba Kandji. Désormais, c’est devant la Cour de cassation qu’ils se préparent à batailler ferme.

La rencontre était trés attendue. Et jamais, les défenseurs de Khalifa Sall n’étaient apparus aussi confiants que ce jour du 18 juillet. Même s’ils ne l’ont pas vertement déclaré, Me Clédor Ciré Ly et compagnie étaient entrés dans le tribunal avec l’intime convictiction qu’ils en ressortiraient avec le maire de Dakar, Khalifa Sall. Mais, cet espoir a trés tôt été trahi par le président de la Cour d’Appel de Dakar. Martial et de marbre, le juge, entré dans la salle à la suite de la cour, a décidé que les arrêts de la Cour de la Cedeao ne l’engageait pas. En conséquence, rejetées les exeptions de nullités des avocats, au diable la décision de la Cour de justice de la Cedeao.

Loin d’assomer les avocats de la défense, cette décision du juge Demba Kandji avait été trés tôt aperçue à l’horizon. Et, à défaut de l’empêcher de tomber net comme un couperet, les défenseurs du maire de Dakar avaient anticipé ses méfaits. Alors que Me Elh’adji Diouf, un des avocats recusés de Khalifa Sall écumait les plateaux pour prédire la liberté provisoire du maire de Dakar, ses collègues se sont faits rares, conscients que rien ne pourrait fléchir la détermination de l’Etat à voir croupir en prison cet homme qui a été reconnu coupable de détournement de deniers publics. Condamné à 5 ans de prison et au paiement d’une amende de 1,8 miliards de F CFA.

Dépités par la volonté de Demba Kandji de maintenir Khalifa Sall et compagnie en prison, Me Clédor Ciré Ly et alliés ont décidé, désormais, de se tourner vers la Cour suprême.  «L’instrumentalisation de la justice a fait un pas. Parce que tout le monde avait salué la décision du procureur général (qui avait demandé le respect de la décision de la Cedeao : Ndlr). Et quelques jours après, il revient pour écrire le contraire. Il y a anguille sous roche. Cela prouve qu’il y a eu une pression sur lui.» Pendant que, dépités les supporters de Khalifa Sall quittaient la salle, Me Boubacar Cissé et compagnie qui defendaient l’Etat dans ce procès jubilent. Pour eux, le droit a été dit. Avec cette décision de la Cour d’Appel de Dakar, l’espoir a quitté le camp du maire de Dakar. Mais, leur sérénité est intacte.

Laisser un commentaire