Après avoir encaissé, depuis octobre, 60 millions de dollars US de la Banque Mondiale : C

Une polémique est née, ces derniers jours, autour des 60 milliards F Cfa que la Banque Mondiale a décaissés en faveur de l’Etat sénégalais, dans le cadre de leur coopération. Alors, désireux d’éclairer les pans d’ombres qui entourent cette confusion, Actusen.com a pu mener sa petite enquête.

A cet effet, si certains croient savoir que ces fonds en question n’ont pas été casqués par la Banque Mondiale, la vérité semble être plus prosaïque, selon des sources généralement bien informées de Actusen.com.
En effet,  le Projet concerné, communément appelé Document de Politique de Réformes (DPO) dans sa phase 1, a bel et bien fait l’objet d’accord de financement d’un montant de soixante millions (60 000 000) de dollars US, soit environ trente-cinq milliards (35 000 000 000) de F Cfa.
Le ministre Amadou Bâ et Louise J. CORD, Directrice des Opérations de la Banque Mondiale au Sénégal avaient paraphé, le 20 juillet 2017, ledit Accord
Par la magie d’un raccourci rapide, on peut écrire que «les ressources du DPO 1 ont été entièrement décaissées, à ce jour, et les 60 millions de dollars US totalement encaissés par le Trésor Public, au mois d’octobre 2017.
Et pour convaincre les plus sceptiques quant à l’effectivité du décaissement des fonds de la controverse, votre Site est en mesure d’écrire, sans courir le risque d’être démenti, que c’est Amadou Bâ, Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan et Madame Louise J. CORD, Directrice des Opérations de la Banque Mondiale au Sénégal, qui avaient paraphé, le 20 juillet 2017, ledit Accord.
D’ailleurs, la Banque Mondiale avait, à cette occasion, décerné au Sénégal un trophée, lors des Assemblées Annuelles d’octobre 2017, pour avoir été le meilleur pays parmi les 5 qui étaient en compétition en matière de réformes pour bénéficier d’appuis budgétaires.
Le Sénégal, élu meilleur pays parmi les 5 qui étaient en compétition, en matière de réformes pour bénéficier d’appuis budgétaires.
Mieux, souffle-t-on toujours à Actusen.com, «l’approbation dudit financement intervenait en même temps que celle du financement additionnel du Projet Eau et Assainissement en Milieu Urbain (PEAMU), pour un montant de trente millions (30 000 000) de Dollars US, soit environ dix-sept milliards cinq cent millions (17 500 0000 de F Cfa)».
Mais en réalité, de quoi retourne le DPO 1 (Document de Politique de Réformes (DPO) dans sa phase 1) ? «Il vise, particulièrement, à  soutenir les efforts du Gouvernement, dans le renforcement, d’une part, de la gouvernance et de la gestion du secteur de l’énergie, afin de réduire les coûts, d’améliorer la fiabilité et de faciliter l’accès équitable ; et d’autre part, du cadre juridique et réglementaire du secteur des TIC afin de promouvoir la concurrence, les investissements et l’accès équitable», glisse à votre Site un proche de la Banque Mondiale.
Les DPO 2 et 3 vont générer, chacun, 60 millions de dollars entre 2018 et 2019
Notre interlocuteur de marteler : «entre la Banque Mondiale et l’Etat du Sénégal, la confiance est de rigueur. La preuve, en plus du DPO 1, deux autres DPO, en l’occurrence les DPO 2 et 3, sont en cours de signature. Et chaque DPO devra générer, sur la période 2018-2019, des ressources d’environ 60 millions de dollars.
D’ailleurs, selon toujours les sources de Actusen.com, les négociations au sujet du DPO 2 ont, déjà, démarré. Ce, en vue d’un décaissement, au 2ème trimestre 2018, tandis que les pourparlers autour du DPO 3 auront lieu en 2018 pour un décaissement programmé au 2ème trimestre de 2019.

Laisser un commentaire