(Exclusive) : Après 6 mois de prison, Barthélémy Diaz fait son grand retour sur la scène politique et recommence à « attaquer »

(Exclusive) : Après 6 mois de prison, Barthélémy Diaz

Après sa libération le dimanche 30 septembre 2018 au petit matin, le maire de Mermoz Sacré-cœur Barthelemy Diaz, au niveau de sa municipalité, a tenu une conférence de presse comme promis, ce mardi 02 octobre vers 16 heures. Lors cette de cette rencontre, beaucoup de points ont essentiellement été traités. Depuis sa détention jusqu’à sa sortie en passant par les conditions de son arrestation, sa vie carcérale, l’histoire politique de Dakar pour montrer la perte de Macky Sall aux élections de 2019 ou encore de sa perte considérable de poids. Aussi, Barthelemy Diaz réaffirme tout son soutien à Khalifa Sall pour les élections de février 2019. La rédaction de Kéwoulo vous propose l’intégralité de cette rencontre avec la presse.

A l’entame de ses propos, le maire de Mermoz Sacré-coeur a formulé des remerciements d’abord à sa famille, son entourage, à l’opposition sénégalaise, aux « Khalifistes » qu’il continue d’encourager et surtout aux populations de sa localité.

Parlant de l’injustice, Barthelemy Diaz estime qu’il est « un dégât collatérale de cette lutte contre l’injustice, de cette lutte pour la démocratie« , pour preuve, il choisit le cas du maire Khalifa Sall et aussi de Karim Wade qui est le candidat du Pds.

Concernant le cas de Lhalifa Sall, le Maire Barthelemy Diaz annonce qu’il sera bel et bien candidat aux élections de 2019 et demande « à tous les partisans et sympathisants de ne se décourager pas et de ne douter point« .

L’objectif premier de ce régime

Pour ce qui du régime du président Macky Sall, Barthelemy estime qu’il n’a qu’un seul et unique objectif « vous décourager, vous amener à douter« . Et que selon lui, « ce que l’actuel régime cherche à faire, ne passera pas« .

Khalifa Sall sera bel et bien candidat

Le cas du maire de l’ex-maire de Dakar Khalifa Sall est l’un des sujets phares de cette rencontre avec les journalistes. Barthelemy Diaz annonce que « Khalifa Sall sera candidat parce que le pouvoir en cassation qui a été introduit par les conseillers de ce dernier et ne peut pas être vidé en moins de 6 mois. Ce n’est pas possible« . Tout en indexant, il estime que le régime actuel « sait très bien que d’ici là les candidatures seront très bien enregistrées, les cautions versées et « Inchallah » Khalifa Sall sera bien au rendez-vous« .

Par ailleurs, Barthelemy Diaz interpelle les parties prenantes aux élections comme la Cena, l’Ums et la société civile car il reste « convaincu » qu' »il y a une impérieuse nécessité d’aménager un régime juridique de participation pour des détenus candidats à des élections. Parce que depuis que ce régime s’est installé, c’est devenu une mode de chercher à liquider ou d’isoler les acteurs politiques en cherchant à les mettre en prison« .

« Cette condamnation pour ne pas dire pseudo-condamnation n’est pas encore définitive. On ne peut pas aujourd’hui prendre un citoyen qui n’est pas définitivement condamné et vouloir le condamner par voie politique. Le politique n’a pas le pouvoir de condamner définitivement à la place du juridique. Et ça, il faut que les uns et les autres le comprennent« , fustige le maire de mermoz sacré-coeur.

D’un autre registre, le maire affirme « Ce qu’on nous demande de faire, nous refusons de le faire. Nous l’avons refusé au sein du parti socialiste et nous le refusons au sein de la sphère politique. Et c’est la raison pour laquelle tous les socialistes reconnaissent, particulièrement, à travers la candidature de Khalifa, une candidature socialiste mais en générale une candidature d’avenir. »

Un pouvoir qui refuse la candidature de Khalifa Sall

« Je voudrais que tous ceux qui sont ici comprennent pourquoi nous sommes victimes de cet acharnement. KS est le maire de Dakar et leader politique de Dakar. On n’a pas besoin de polémiquer avec qui que ce soit sur cette réalité. Pour qu’un homme, depuis l’indépendance de ce pays, réussisse à être maire de la capitale sans appartenir à la mouvance présidentielle, est une première. Et doublement une première, pour qu’un homme soit élu et réélu maire de Dakar et n’étant pas de la mouvance présidentielle. Et ça c’est un signal assez fort. Ce message veut dire qu’à Dakar, quiconque n’a pas 40 pourcent, ne peut même pas prétendre être au second tour. »

L’historique de la mairie de Dakar

« Nous les socialistes avons perdu la mairie de Dakar en 1998 lors des élections législatives au profit du Pds. Et deux (02) ans plus tard soit en 2000, nous perdions aussi les élections présidentielles car le Ps a perdu Dakar ce qui a conduit les candidats Diouf et Wade au second tour des élections. Et ceux qui avaient la majorité à Dakar, ont remporté les élections.

Leur première élection a été la présidentielle de 2007, et si vous vous rappelez bien, tout Dakar était en chantier. A cette période, il y avait un seul slogan « Laissez le vieux travailer ».

Dakar avait voté massivement pour Abdoulaye Wade. Il n’y avait pas eu de sorciers ou d’esprit qui lui avaient voté. Wade avait obtenu presque 54 pour cents à Dakar. C’est ce qui lui a permis de passer au premier tour.

Une pensée au pape du « sopy »

« Abdoulaye Wade était un homme politique redoutable, d’une intelligence remarquable et exceptionnelle. Mais nous avons compris à ce moment que Wade avait un point faible comme tout homme. Il y avait un projet ou pseudo-projet de dévolution monarchique. Et on a expliqué aux populations sénégalaises particulièrement celles dakaroises lors des élections locales de 2009 que ce projet de dévolution devait passer par la ville de Dakar.

En 2009, c’est difficilement explicable que comment un président, en 2007 fait dans une ville plus de 50 pourcents aux élections et 2 ans plus tard, n’arrive pas à gagner les élections locales. Et ça c’est l’art de la politique« .

2014 : Une nouvelle ère s’ouvre au Ps

Après l’échec en 1998 aux élections législatives, le Ps est revenu en force avec à sa tête Khalifa Sall. et Barthelemy d’ajouter que « Nous avons pris en conscience cette défaite car la coalition que dirigeait KS a remporté les élections locales de 2009. Et cette défaite du Pds en 2009, a conduit le parti de Wade à un second tour lors des élections de 2012. »

Suivant la logique, Diaz montre que « vous me diriez que le candidat du Ps aurait dû se retrouver au second tour des élections en cette année, mais malheureusement, tel ne fut pas le cas. Car certains d’entre nous nous portent la poisse et nous devons l’accepter. Aussi vous comprendrez que celui qui avait gagné en 2009, n’était pas candidat en 2012« , faisant référence à l’ex-maire de Dakar.

« Mais le plus important est que celui est allé au second tour en 2012 avec le président sortant Abdoulaye Wade, c’est lui qui était arrivé premier à Dakar en 2012 au premier tour avec plus de 33 pourcents des voix. Et c’est l’actuel président Macky Sall« , ajoute Barthelemy Diaz.

Le début de tous les malheurs

« Le candidat Sall est allé au second tour parce que Dakar lui donné au premier tour une majorité. Et le président Macky Sall, 2 ans après sa prise de pouvoir et après avoir joué son tour, a fini par perdre les élections locales de 2014. Et c’est le début de tous nos malheurs et tous nos problèmes soit disant« , dessine le maire.

Khalifa Sall, le « Khalife » de Dakar

Et le maire d’ajouter « Dakar, c’est vous et c’est vous qui avez choisi votre « khalife » et c’est Khalifa Sall. Le département de Dakar compte 19 communes quand vous gagnez les 16, vous avez plus de 60 pourcent de l’électorat. Si Khalifa est candidat aux élections de par la grace de Dieu, il passera au premier tour. Et ça le président Macky Sall le sait très bien car nous avons les mêmes chiffres et nous les obtenons de la même source. »

Tous les maires élus dans les communes de Dakar, le sont grâce à Khalifa Sall

« Aux élections locales de 2014, la population de Mermoz Sacré-cœur a d’abord voté massivement pour Khalifa Sall avant de voter pour Barthelemy Diaz.

Tous ce qui nous ont quittés depuis les élections locales de 2014, les portefeuilles qu’ils détiennent ne sont pas celui qu’ils ont obtenu avec la coalition présidentielle. Si je rentrais dans certaines communes de Dakar, je serai plus populaire que ceux qui s’y trouvent. »

Pourquoi tant de bataille à Dakar?

« L’enjeu sur Dakar est majeur. Macky Sall veut se débarrasser de Khalifa Sall car Dakar représente une bonne partie de l’électorat et que si vous gagnez 16 communes vous avez plus de chance de remporter les élections. Macky Sall n’est pas après Cheikh Bamba Dièye ni sur Aissata Tall Sall car leur localité ne constitue pas un enjeu« .

Révélation sur les législatives de 2017

« Lors des élections législatives de 2017, Macky Sall a retenu, en utilisant la force, plus de 57 pour cent des cartes. Des ordres de mission ont été délivrés, distribués pour fausser le jeu. Le leader emblématique de Dakar a été emprisonné et avec tout ceci, Macky Sall ne peut même pas faire 32 pour cent selon certains sondages.

Ces 32 pour cents lui ont permi de rafler 7 députés à Dakar. Mais il y a un des députés dont je ne citerai pas le nom, qui n’a jamais gagné un bureau de vote, un centre de vote et dit qu’il veut représenter Dakar. »

Un message au président Macky Sall

« Que le président MackySall m’écoute religieusement. Je l’invite à organiser des élections parce que demain, il fera jour et seul Dieu sait de quoi demain est fait. Et lui aussi Macky Sall aura rendez-vous demain avec l’histoire. Et je l’invite à faire en sorte qu’au moment venu qu’on ait au moins pitié parce qu’on est avant tout des êtres humains. Car à ce rythme, il est entrain de construire un environnement de son autodestruction. Je lui rappelle au besoin car il est d’abord père de famille avant d’être président. Et je n’ai pas le temps de percer dans la menace. Parce que nous ne renoncerons pas, ne reculerons pas, ne négocierons et nous serons candidat aux élections.

Vous êtes entrain d’assister au plus grand complot politico-judiciaire de toute l’histoire du Sénégal. »

La presse

« J’ai entendu beaucoup de chose concernant la presse. Nous sommes tous des sénégalais et savons tous ce qui se passe. Et je ne m’adresse pas à ces patrons de presse qui émargent, ils se connaissent très bien. Je ne les citerai pas par mépris et s’ils veulent, ils peuvent engager le combat et j’apporterai des preuves qui montrent qu’ils émargent.

Pendant que ces patrons de presse émargent, certains d’entre eux ne payent pas leurs employés. Et aujourd’hui, ils veulent anéantir le premier parti politique de ce pays qui est la presse. Avant que  l’opposition fasse face à l’ancien régime, c’est la presse qui a fait partir l’ancien régime. Et aujourd’hui, on veut métamorphoser cette digne presse et le transformer en premier mouvement de soutien à l’actuel régime. Au nom d’interets exclusivement partisan, personnel et d’interets pécuniers et alimentaires.

Je vous invite vous les journalistes, vous qui prennez les transports en commun pour aller travailler, payer vos loyers, n’acceptez pas qu’on remette en cause votre noble mission, c’est d’informer juste et vrai.

Ce qui se passe dans ce pays, c’est une injustice inacceptable et notoire. Elle doit être dénoncée et combattue. »

« Je n’ai pas maigri, j’ai fondu »

Parlant de son sejour à Rebeuss, le maire Barthelemy Diaz nous a fait un bref résumé de sa vie carcérale. A sa sortie de prison, il s’est rendu compte qu’il a perdu beaucoup de kilos en ces termes « Apparement je me suis métamorphosé car j’avais 107 kilos à mon arrivée à Rebeuss et j’y suis sorti avec 77, soit 30 de perdus« . Concernant ses repas quotidiens, Barthelemy Diaz déclare que « le matin, il n’y a pas de petit déjeuner« , qu’il prenait « une cuillère de miel à jeûne suivi de heures de sport et de transpiration jusqu’à l’heure du déjeuner. Car j’étais dans une cellule et non pas dans un hôtel »

« J’ai parlé de Mackystrature et non de magistrature »

A ce point, le maire de Mermoz Sacré-coeur a apporté des précisions sur sa déclaration qui lui a valu la prison et dit avoir parlé de « mackystrature » et non de magistrature. « J’ai parlé et je le répéterai parce que jusqu’à l’heure où je vous parle, personne n’a capté ce que j’ai dit au tribunal. Je n’ai jamais parlé de la Magistrature. J’ai parlé de Mackystrature. J’ai le plus grand respect, la plus grande considération pour les magistrats de ce pays. »

Différence entre Mackystrats et Magistrats

Entre mackystrats et magistrats, il y a une très grande difference mais la prononciation de ces 2 mots semble être identique. « Ceux qui savent qu’ils ont leur dignité en bandoulière, savent très bien qu’ils sont des magistrats. Mais ceux qui pensent que cette mission dans la magistrature, ils doivent la métamorphoser en parti-pris, ils ont choisi d’êtres des mackystrats. C’est l’Ums qui a dit qu’en leur sein, il y a certains qui ne se comportent comme des magistrats mais comme des mackystrats »

 

 

 

 

Laisser un commentaire