Analyse : L’impossible audition de Cheikh Bamba Dièye devant les policiers de la DIC

Analyse : L'impossible audition

Le leader du FSD BJ, Cheikh Bamba Dièye est attendu d’un moment à l’autre devant les limiers de la Dic, ce matin. Convoqué à 9 heures, ce principal soutien du maire de Dakar, Khalifa Sall, doit répondre des délits d’outrage à magistrats. Mais, si l’information de sa convocation a créé le buzz et que l’issue de la procédure semble fatidique, pour le pourfendeur de la justice, les moyens de parvenir à faire juger Cheikh Bamba Dièye sont complexes et politiques. Un bras de fer semble tendre à l’horizon…

Pour rappel, commentant la décision de la Cour d’Appel de Dakar qui avait décidé de passer outre les recommandations de la Cedeao qui avait jugé « arbitraire » la détention de Khalifa Sall, Cheikh Bamba Dièye avait qualifié de « corrompus » les juges Demba Kandji et Malick Lamotte. Et dit que « la justice était aux ordres de l’exécutif. » Cette sortie, faite il y a quelques jours, est restée en travers la gorge des principaux concernés.

Et, sentant son institution décrédibilisée dans l’opinion, Souleymane Teliko, le président de l’Ums, celui-là même qui avait tenu des propos analogues concernant le fonctionnement de l’institution à laquelle il appartient -ça c’était avant qu’il ne devienne le patron de l’Union des magistrats du Sénégal- a fait une sortie pour appeler à sanctionner Cheikh Bamba Diop. Suite logique de cette demande de Souleymane Teliko, Cheikh Bamba Dièye est attendu ce matin devant les limiers de la rue Cardes à Dakar. Comme Barthélémy Diaz qui avait qualifié les magistrats de prostitués, Cheikh Bamba Dièye risque gros.

Mais, contrairement au meurtrier de Ndiaga Diouf, Cheikh Bamba Dièye pourrait refuser de déférer à la convocation des policiers. Et, il ne pourra pas être contraint d’aller leur répondre. Parce que, tout simplement, il est député. Et la loi dit que « aucun député ne peut faire l’objet ni d’une convocation, ni d’arrestation encore moins d’emprisonnement en période de session parlementaire. » Mais, « lorsque ce député est vu en train de commettre un délit, tout officier de police judiciaire peut intervenir en flagrance et le conduire pour audition. » Dans le cas de figure de Cheikh Bamba Dièye, la flagrance n’existe pas; puisque les faits incriminés ont été commis il y a plusieurs jours.

Alors, pour amener le député Cheikh Bamba Dièye à répondre aux questions des policiers et espérer le voir debout dans le box des prévenus, le procureur doit écrire au président de l’Assemblée nationale. Et demander la levée de son immunité parlementaire. C’est, une fois la levée de cette immunité obtenue -par un vote public- que le citoyen Cheikh Ahmadou Bamba Dièye devra être entendu et, peut être, arrêté. Autrement, le Sénégal risquera de tomber dans les mêmes travers qu’il a connus avec l’affaire Khalifa Sall. Contraindre Cheikh Bamba Dièye à venir répondre aux policiers ce samedi, l’arrêter et l’emprisonner, ce sera une flagrante violation des lois au nom desquelles la justice veut l’entendre.

Laisser un commentaire