Amérique : La banque Goldman Sachs accusée de soutenir la dérive autoritaire du pouvoir vénézuélien

Amérique : La banque Goldman Sachs

0

 

Goldman Sachs a suscité un tollé après avoir acheté des obligations vénézuéliennes à prix cassé. La banque d’investissement est depuis accusée de faire le jeu du régime de plus en plus autoritaire de Nicolás Maduro.

Goldman Sachs se retrouve de nouveau dans le rôle du grand méchant. La banque d’investissement, souvent critiquée pour son influence politique à travers le monde, est accusée de tous les maux au Venezuela pour avoir acheté à prix cassé des obligations de la société pétrolière nationale Petroleos de Venezuela (PDVSA).

Cette transaction, révélée dimanche 28 mai par le New York Times et confirmée par la banque deux jours plus tard, a été qualifiée par une partie des Vénézueliens d’appui financier au régime de plus en plus autoritaire du président Nicolas Maduro, confronté à des manifestations quotidiennes pour réclamer sa démission.

« Soutien de la répression brutale des manifestations »

« Goldman Sachs, honte à toi » et « Goldman Sachs soutient la dictature Maduro », ont même scandé une quarantaine de manifestants qui s’étaient réunis devant le siège new-yorkais de la banque, mardi 30 mai.

Car au Venezuela, pays qui traverse une grave crise économique et politique depuis plusieurs mois, l’acquisition pour un montant de 773 millions d’euros des obligations de la PDVSA, d’une valeur officielle de 2,23 milliards d’euros, par Goldman Sachs ne passe pas.

Ce n’est pas tant la ristourne de 70 % qui choque. La banque « aide à consolider la répression brutale menée contre des centaines de milliers de Vénézuéliens qui manifestent pacifiquement pour un changement politique dans le pays », a affirmé Julio Borges, le président du Congrès vénézuélien, devenu la première force d’opposition à Nicolas Maduro. Depuis le 1er avril, près de 60 personnes sont mortes à Caracas dans des affrontements entre manifestants et policiers lors de manifestations anti-Maduro.

Ces centaines de millions de dollars versés par Goldman Sachs constituent une sorte de bouée de sauvetage pour le président en place. Cet argent contribue à maintenir le pays à flot : le Venezuela doit rembourser, à plus ou moins court terme, 17 milliards de dollars à ses créanciers et ne dispose actuellement que de 10 milliards de dollars de réserve.

Des profits sur le dos de la pauvreté ?

Au-delà de l’aspect politique, cette transaction est aussi perçue comme l’illustration de la recherche des profits à tout prix. Le Venezuela n’apparaît pas comme une destination de choix pour un investisseur, tant la situation semble empirer de jour en jour. Mais Goldman Sachs parie que la compagnie pétrolière, principale source de devises étrangères pour le pays, survivra au chaos. La banque juge que que Caracas « remboursera en priorité les créanciers de la PDVSA, avant même d’acheter des médicaments ou de la nourriture pour une population qui en a grand besoin », note le quotidien britannique The Guardian.

Attaquée de toute part, Goldman Sachs a déclaré : « Le Venezuela vit une crise compliquée et nous pensons aussi que les conditions de vie doivent s’améliorer. Nous avons fait cet investissement car nous croyons que cela va être le cas ». La banque a également rappelé que d’autres investisseurs de renom s’étaient procuré des obligations vénézuéliennes.

En effet, d’autres grands fonds, comme Blackrock ou la banque JP Morgan, ont misé sur le Venezuela. Cet intérêt pour des placements risqués émane de la politique des banques centrales des économies avancées. Ces institutions mettent tout en œuvre pour maintenir les taux d’intérêt aussi bas que possible afin de soutenir la croissance. Les obligations vénézuéliennes sont assorties d’un taux d’intérêt de près de 20 %, ce qui est bien plus rentable que d’acheter de la dette souveraine allemande par exemple (dont les taux frôle les 0 %).

Mais les faits et gestes d’une grande banque d’investissement telle que Goldman Sachs, à la réputation sulfureuse, sont davantage scrutés. Le célèbre établissement est notamment soupçonné d’avoir aidé la Grèce à maquiller ses comptes avant 2010, et on lui prête volontiers une tendance à vouloir influencer le monde politique (plusieurs membres du gouvernement Trump sont issus de ses rangs). Un coupable idéal pour une population vénézuélienne de plus en plus exaspérée.

 

Laisser un commentaire