Algérie: Épidémie de choléra l’hôpital Boufarik au coeur de la lutte

Algérie: Épidémie de choléra

47 cas confirmés, 136 personnes hospitalisées, 2 décès et désormais 5 régions du centre du pays touchées. C’est le dernier bilan de l’épidémie de choléra en Algérie, communiqué par les autorités. La majorité des patients sont orientés vers l’hôpital de Boufarik, à 32 kilomètres d’Alger, où un plan d’urgence a été déclenché.

Dans la cour de l’hôpital de Boufarik, une aile sert d’isolement aux patients. Le personnel porte des équipements de protection. « 32 personnes sont sorties de l’hôpital. Il en reste 104 hospitalisées pour lesquelles nous attendons les résultats de l’Institut Pasteur » détaille Reda Derbouche, le directeur, devant des journalistes.

Il est interpellé par des familles qui demandent à comprendre les origines de l’épidémie. « Le problème vient des légumes et des fruits. C’est la saleté qui a conduit à cette épidémie. Ça fait 10 ans qu’on n’a pas vu ça », explique-t-il. Face à un père qui a l’impression qu’il n’y a « que les pauvres qui sont touchés » qui sont touchés, le directeur affirme que « selon ses statistiques, il y a des gens des bidonvilles et des gens des villas ».

Sid Ali, lui aimerait savoir combien de temps il faut attendre encore pour savoir si sa femme est atteinte du choléra ou non. « Depuis trois jours, elle n’a plus ni fièvre, ni vomissement, ni diarrhée. Elle va mieux », raconte-t-il. « Ils sont venus chez moi pour faire une enquête, ils ont pris des photos. Ils ont dit que la maison était propre et que les enfants allaient bien. Je ne sais pas d’où c’est venu. »

Alors que les autorités sont accusés d’avoir annoncé tardivement l’épidémie à la population, le ministre de la Santé a fait une première déclaration ce dimanche affirmant qu’il s’agissait au départ d’une « suspicion », que « tous les moyens étaient mis en œuvre » et que l’épidémie serait « éradiquée » dans   les trois prochains jours. Il a expliqué que les causes de l’apparition du choléra n’étaient toujours pas connues et qu’une enquête était en cours pour analyser les produits agricoles.

Laisser un commentaire