Affaires Ramadan : les juges s’opposent une nouvelle fois à la demande de remise en liberté de l’islamologue

C’est la quatrième fois que les juges refusent une demande de remise en liberté de la part de l’islamologue suisse, accusé de viol.

Les juges d’instruction s’opposent une nouvelle fois à la demande de remise en liberté de Tariq Ramadan, a appris franceinfo de source proche du dossier, jeudi 1er novembre. C’est le  quatrième refus des magistrats, qui ont suivi l’avis du parquet. Les juges ont toutefois saisi le juge des libertés et de la détention, qui devrait entériner la décision en début de semaine prochaine.

Tariq Ramadan, qui souffre d’une sclérose en plaques, est maintenu en détention provisoire depuis neuf mois à l’hôpital pénitentiaire de Fresnes, dans le Val-de-Marne. Le théologien de 56 ans est mis en examen depuis le 2 février 2018 pour le viol de deux femmes, Henda Ayari et « Christelle » (nom d’emprunt), des faits qu’il conteste. Après avoir nié pendant huit mois avoir eu des liaisons avec ces plaignantes, il a finalement reconnu depuis une audition dans le bureau des juges le 22 octobre dernier avoir eu une relation sexuelle avec chacune d’elles.

Une troisième femme, Mounia Rabbouj, l’accuse également de viols. Dans ce troisième volet, Tariq Ramadan a été placé sous le statut de témoin assisté. En Suisse, il est également visé par une instruction pour viol, ouverte mi-septembre à Genève après la plainte d’une femme déposée en avril.

Laisser un commentaire