Affaire Théo : révélations sur la confrontation avec les policiers

Le 21 février, le jeune Théo a confronté sa version de l’interpellation controversée d’Aulnay-sous-Bois aux deux policiers qu’il accuse de viol ou de violences. Le Parisien – Aujourd’hui en France a eu accès à leurs déclarations.

« Avez-vous revu le chirurgien ? […] Il résulte que vous n’avez pas fait mention d’un suivi régulier par un chirurgien ni même un médecin traitant. » Ce 21 février 2018, à son cabinet de Bobigny (Seine -Saint-Denis), la juge d’instruction Béatrice Fay sermonne Théo Luhaka.

Le jeune homme de 23 ans est convoqué ce jour-là pour une confrontation avec deux des policiers ayant procédé à son interpellation début 2017 à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Il y a Marc-Antoine C., 28 ans, mis en examen pour « viol ». Et son collègue Tony H., 25 ans, soupçonné de « violences volontaires ». C’est la première fois que les trois hommes se revoient depuis les faits.

« Je devais prendre rendez-vous pour la radio, mais j’ai eu un empêchement », répond Théo. L’échange n’est pas anodin : la magistrate se demande pourquoi le jeune homme n’a pas fait constater l’évolution de sa blessure anale, provoquée par le coup de matraque de Marc-Antoine C.

La piste des violences volontaires, plutôt que le viol

Voilà plus d’un an que Théo porte une poche de stomie. « Habituellement, le rétablissement de la continuité (NDLR : du circuit intestinal) se fait dans des délais plus courts », s’étonne la juge, citant un rapport d’expert. Sans cela, insiste-t-elle, impossible « d’évaluer une éventuelle infirmité permanente ».

Or, ce critère est indispensable pour déterminer si les policiers risquent les assises ou le tribunal correctionnel. L’insistance de la magistrate a eu son effet : selon nos informations, Théo a rendez-vous lundi prochain pour se faire retirer sa poche.

Cette confrontation tendue, dont nous avons pris connaissance, témoigne d’une subtile inflexion de l’instruction : la justice semble désormais explorer la piste des violences volontaires, au détriment du viol. Une nouvelle expertise médicale révèle ainsi que le bâton télescopique de Marc-Antoine C. a touché « la bordure de l’anus » de Théo, sans le pénétrer. L’impact a provoqué « un éclatement de la région péri-anale ».

« Je n’étais pas en état de faire cette audition »

Invité à réagir par la juge, Théo maintient ses déclarations initiales : « (Le policier) m’a mis la matraque dans les fesses. » Tandis que Marc-Antoine C. estime être lavé des accusations de viol : « Je le dis depuis le début que je vise le haut de la cuisse, et non l’anus. C’est une blessure désolante, j’y pense tous les jours, mais je n’ai pas voulu la provoquer. »

L’avocate de Tony H., second policier, elle, en profite pour pousser Théo dans ses retranchements. Elle lui rappelle qu’il avait déclaré, lors d’une précédente audition, qu’un fonctionnaire lui avait « écarté le caleçon » pendant qu’un autre le « tenait légèrement incliné ». « Je n’étais pas en état de faire cette audition, j’étais sous morphine », concède Théo.

Face à ces versions inconciliables, la juge oriente les débats sur la proportionnalité du coup de Marc-Antoine C. avec le contexte de l’interpellation. Sans plus de succès. Ce jour-là, l’équipage de la brigade spécialisée de terrain (BST) intervient à Aulnay pour contrôler un homme suspecté de trafic de stupéfiants. Théo s’interpose.

Marc-Antoine C. « est arrivé, matraque à la main, sur un ton agressif. […] Je reçois des coups et un des policiers dit : On va aller derrière le mur, on va lui faire la fête », développe Théo. « Cette description comporte des mensonges, conteste l’intéressé. M. Luhaka se débattait, était virulent. […] Etant plus grand que nous, tout en muscles, explosif, notre intention était de le faire chuter au sol pour l’interpeller. »

Les coups étaient justifiés, insiste le policier

Les policiers se retranchent derrière un rapport d’expertise technique. Celui-ci estime que « le geste d’estoc était rendu nécessaire par l’impossibilité de maîtriser physiquement l’interpellé ». « Mon geste était justifié », appuie Marc-Antoine C., qui évoque une « scène houleuse ». Les experts relèvent toutefois qu’il a asséné 10 coups en 45 secondes, y compris quand Théo était au sol.

« Face aux coups que je lui porte, M. Luhaka ne modifie pas son comportement. Ils sont sans effet. Je ne porte pas des coups pour le plaisir, mais en légitime défense », se défend le gardien de la paix. La juge se tourne alors vers Théo : « Pourquoi ne pas avoir renoncé pour vous laisser interpeller ? » Réponse : « Cette brigade-là a la réputation de frapper les gens une fois qu’ils sont menottés et de les laisser au parc de la ville ».

Contacté, l’avocat de Théo dénonce une expertise technique « imprécise », « menée sur le seul fondement des déclarations du mis en examen ». « Le coup a été asséné à 1,5 cm de l’anus. Est-ce un viol ou pas ? Nous ne comprendrions pas que le policier ne soit pas renvoyé pour ce motif », s’agace Me Antoine Vey. Les demandes de complément d’expertise et de reconstitution formulées par les parties civiles ont toutes été rejetées par la juge.

Le Parisien 

Laisser un commentaire