Affaire Pétrotim: La Section de recherches entre dans le fioul et traque les taupes des terribles révélations

Affaire Pétrotim: La Section de recherches

Texte alternatif de la bannière

Après la fameuse longue traque des biens mal acquis confiée au commandant Cheikh Sarr, alors patron de la Section de recherches de la gendarmerie de Colobane, c’est au tour du commandant Mbengue d’entrer dans l’histoire. Depuis hier, il a été requis par le procureur de la République pour instruire le très gros dossier dit du scandale à 10 milliards de $ soulevé par le reportage de la BBC.

Dans ce reportage, Aliou Sall, le frère du président de la République, est accusé d’avoir touché 250 mille $ américains destinés au trésor public et d’avoir bénéficié de plusieurs millions de dollars pour avoir facilité à Franck Timis de prendre des puits de pétrole au Sénégal. Alors que l’homme d’affaire australo-roumain ne bénéficie d’aucune expérience dans le domaine, et sans le sou, c’est l’entremise de Aliou Sall auprès de son grand frère de président qui lui aurait permis de mettre la main sur ces richesses sénégalaises.

Trempé dans le baril à fioul, le gouvernement du président Macky Sall est monté au créneau pour se défendre. Et décrédibiliser le reportage de la BBC tout en accusant les opposants intervenus dans le reportage de mensonge, sans trop convaincre l’opinion. Cette population, pour rappel, avait déjà, il y a quelques années longuement, été conscientisée sur la nécessité de laisser passer la justice lorsqu’il s’est agi de traduire Karim Wade, le fils de l’ancien président de la République, devant la Creï.

Aujourd’hui que c’est le tour de son cadet -Aliou Sall- et face au tollé suscité à travers le monde, le président n’avait de choix que de demander au procureur de laisser la justice agir. Mais, d’ores et déjà, il est bon de rappeler que c’est plutôt les gorges profondes qui intéressent les autorités politiques. Elles ont déjà ouvert des tirs groupés sur Abdoul Mbaye, Mamadou Lamine Diallo, Thierno Alassane Sall et tous ceux qui sont apparus dans le reportage. Ou tout simplement soupçonnés d’avoir apporté leur soutien à Mayena Jones, la journaliste de la BBC.

Comme ces stars du reportage, l’ancienne patronne de l’Ofnac est dans le viseur des autorités étatiques. Elle est soupçonnée d’avoir permis la fuite, dans la presse, du fameux rapport sur Petrotim, enquête commanditée par le président Macky Sall et dont le contenu est détenu par les journalistes. Accusé avoir octroyé la licence de prospection et d’exploitation alors qu’il savait pertinemment que Pétrotim n’avait aucune compétence dans le domaine pétrolier ni les moyens financiers, Macky Sall a laissé entendre qu’il n’avait jamais reçu les résultats de cette fameuse enquête qu’il avait pourtant commanditée.

Et de l’autre coté, l’ancien Premier ministre, Abdoul Mbaye, a laissé entendre qu’il avait bel et bien averti le président de la République, en lui déclarant que le gouvernement avait été abusé par du faux. Mais, en connaissance de cause, le président Macky Sall a signé le décret autorisant Franck Timis de s’approprier l’or noir sénégalais qu’il va céder à coups de milliards BP Oil.

Laisser un commentaire