Affaire Khalifa Sall: « Le Sénégal ne peut pas impunément continuer à ignorer les décisions d’une communauté qu’il a participé à bâtir »

Affaire Khalifa Sall: "Le Sénégal

La poursuite des plaidoiries de l’affaire Khalifa Sall continue de susciter des débats passionnées au Sénégal. Alors que le président du tribunal d’Appel de Dakar a décidé de maintenir le maire socialiste en détention -et cela malgré l’avis de la Cour de justice de la Cedeao-, le journaliste Babacar Touré, directeur de publication de Kewoulo a porté sa voix au débat. A en croire ce journaliste-écrivain proche des milieux des défenseurs des droits de l’homme « le Sénégal ne peut pas continuer à ignorer tous ceux qui lui indiquent la voie de la raison. » Entretien…

Après l’espoir suscité dans le camp des thuriféraires de Khalifa Sall -de voir libéré leur champion- et le jeu de yo yo de la justice sénégalaise qui a décidé de déchirer l’arrêt de la Cour de justice de la Cedeao, une grosse polémique est née à Dakar. Et ses conséquences continuent de se faire sentir après les deux renvois du juge Demba Kandji, déterminé à dire la sanction qui doit frapper le détenu Khalifa Sall. Si pour les partisans du maire de Dakar -détenu en prison depuis mars 2017-, Khalifa doit être remis en liberté et dédommagé -comme l’a recommandé la Cour de justice de la Cedeao-, pour les défenseurs de « l’indépendance de la justice Sénégalaise » -et proches du pouvoir- « la détention du maire de Dakar doit se poursuivre. »

Alors que les deux camps s’empoignent fermement, dans les médias, pour faire basculer l’opinion en sa faveur, c’est le journaliste et écrivain sénégalais, Babacar Touré, qui a joint sa voix à ce concert juridique, trop technique. Trop bruyant. Et, ennuyant parfois. Face à Mamy Correa, l’invité de la rédaction de Kewoulo a déclaré que « le Sénégal, qui fait partie des fondateurs de la Cedeao, ne peut pas continuer d’ignorer les recommandations de cette cour qu’il a lui-même participé à mettre en place à chaque fois que le verdict ne lui est pas favorable. » Pour sortir de « cette situation de détention arbitraire dont le maire de Dakar est, à en croire la Cedeao, victime« , le directeur de publication de Kewoulo a conseillé à l’Etat du Sénégal d’y mettre un terme.

Pour celui qui a été l’un des conseillers en communication de Thierry Michel Atangana -citoyen français détenu arbitrairement pendant 17 ans au Cameroun-, « peu importe que le détenu s’appelle Karim Wade ou Khalifa Ababacar Sall, la détention illégale de tout individu doit révolter l’humanité toute entière. » C’est pour défendre ce principe élémentaire, qui l’avait poussé à s’engager aux côtés de Thierry Michel Atangana et à organiser la fameuse conférence des pros Karim Wade -le 19 septembre 2015 à Paris-, que le directeur de Publication de Kewoulo a jugé utile de se prononcer sur le sujet.

« Nous ne pouvons pas accepter d’envoyer nos soldats en Gambie et en Guinée-Bissau -sur demande de la Cedeao-, donner des milliards de nos francs pour nous équiper en passeports et cartes nationales d’identité Cedeao. Et refuser de nous soumettre aux recommandations de cette même communauté, lorsque son jugement ne nous est pas favorable. »  A conclu Babacar Touré. Aussi, le directeur de publication de Kewoulo a prédit d’autres défaites judiciaires du Sénégal devant la Cour de la Cedeao comme devant le Groupe du Travail des Nations Unies si jamais ces juridictions sont saisies.

Pour étayer ses propos, Babacar Touré a fait remarquer que les 21 personnes arrêtées dans le cadre des tueries de la forêt des Bayottes -ou tuerie de Boffa- en Casamance pourraient être déclarées détenus arbitraires. « Parce que, tout simplement, les gendarmes ne leur ont pas permis d’avoir accès aux conseils d’un avocat, pendant leur garde-à-vue. Il faut toujours rappeler que l’article 7 de l’Uemoa stipule que toute personne mise en garde à vue doit, impérativement, bénéficier de l’assistance d’un avocat, dès la première heure de son interpellation. »

Laisser un commentaire