Affaire huile « J’Adore »: Aziz Ndiaye file vers une prolongation de sa garde à vue

Affaire huile "J'Adore": Aziz Ndiaye

La saveur de l’affaire du faux étiquetage des bouteilles de l’huile « J’Adore » commence à donner un gout amer à la cuisson de l’ancien promoteur de lutte. Et l’homme d’affaires, Aziz Ndiaye, placé en garde à vue à la Section de recherches de la gendarmerie nationale file tout droit vers une prolongation de sa garde-à-vue.

Les choses se sont compliquées pour l’ancien promoteur de lutte reconverti dans les affaires. Placé en garde à vue depuis mardi, Abdoul Aziz Ndiaye va passer sa troisième nuit de garde à vue à la Section de Recherches de Colobane. A en croire des sources judiciaires, la prolongation de sa mise à disposition des enquêteurs a été autorisée par le parquet.  Selon des sources de Kewoulo, « les enquêteurs n’ont pas encore terminé leurs investigations. Parce que, à l’étape actuelle de nos investigations, il y a de nombreuses zones d’ombre qui doivent être élucidées. »

Comme Aziz Ndiaye, la garde à vue de son directeur commercial a été prolongée. Les enquêteurs auraient, à l’étape actuelle des recherches, trouvé pas mal de choses compromettantes à l’encontre du patron de « ABC ». Ces enquêtes conduites par la gendarmerie a été ouverte suite à une plainte régulière déposée par la DCI, la direction du commerce intérieur, une structure de l’Etat chargée de vérifier la qualité des produits mis à la disposition  des consommateurs.

A en croire des sources au fait de l’affaire, ce sont d’ex employés de Aziz Ndiaye qui auraient alerté la DCI sur les fraudes effectuées par ce dernier dans ses cartons d’huiles. « Il mélangeait des huiles de mauvaise qualité avec des stocks de bonne qualité et changeait les étiquettes », ont balancé des employés qui en veulent à leur ancien patron. Jugeant cette dénonciation suffisamment sérieuse, les fonctionnaires avaient convoqué le patron d’ABC et l’auraient entendus.

« Mais, comme ils n’étaient pas convaincus par les explications données par Aziz Ndiaye et son collaborateur, ils ont déposé une plainte régulière à la gendarmerie« . Venus répondre à l’invitation des gendarmes, les deux responsables de la société « ABC » ont ainsi vu leur pouvoir de liberté réduit à l’enceinte de la section des recherches de Colobane. Avec la découverte faite par les gendarmes, ils risquent -tout simplement- un placement sous mandat de dépôt à la suite de leur déferrement qui pourrait intervenir ce vendredi.

Laisser un commentaire