Affaire Capitaine Dièye: L’armée sort de sa réserve et enfonce l’officier déserteur

Suite et pas fin de l’affaire du capitaine Mamadou Dièye. Après les fracassantes sorties de l’officier déserteur qui se veut le nouveau leader d’opinion et sa fracassante arrestation devant les locaux de DakarActu, l’armée, à son tour, a décidé de porter l’estocade de la communication. Dans un communiqué parvenu à la rédaction de Kewoulo, la Dirpa a décidé de mettre au point certains aspects du dossiers pour permettre une meilleure compréhension.

Contrairement à sa tradition de taiseuse, la grande a décidé de parler. Dans un document rendu public cet après-midi, l’armée a regretté que « le capitaine Mamadou Dièye, déserteur ait tenté de porter atteinte à la crédibilité des armées et à leur bonne image ». Ne voulant pas laisser prospérer une telle opération qui risque de faire des émules, l’armée a décidé, pour une meilleure information du public, « de rétablir la vérité des faits pour que l’opinion puisse se faire une idée de la situation. »

A en croire ce communiqué,conformémant aux réglementation qui régissent le statut général des officiers d’actives des forces armées, « le capitaine Mamadou Dièye a formulé une demande de disponibilité depuis le 9 février 2017. Alors qu’il servait au 25 eme BRA de Bignona, en Casamance. » Cette demande, à en croire le communiqué de l’armée, a bel et bien été reçue à son corps et transmis à l’état-major. « Mais, sans attendre l’aboutissement du traitement de sa requête, le capitane Dièye a délibérément décidé d’abandonner son unité à Bignona pour se rendre sur la petite côte, à Mbour, et y travailler pour une société privée. »  

« Signalé manquant aux appels, le capitaine Dièye a été sommé de rejoindre son unité après 6 jours d’absence. » A souligné le communiqué parvenu à Kewoulo. « Porté déserteur, il a été arrêté et ramené à son corps à Bignona  le 17 avril 2017; en application des textes portant code de justice militaire. » Alors que la démission comme la mise à disponibilité n’ont d’effet que si elles sont acceptées par l’autorité investie du pouvoir de nomination, en l’occurrence le président de la République -chef suprême des Armées- le capitaine a décidé de passer outre. Ce départ non autorisé constitue aux yeux du code militaire une faute très grave.

Pour une meilleure compréhension de l’opinion, la Dirpa a rappelé que « la disponibilité n’a pas un caractère de départ définitif. » C’est pourquoi l’armée a décidé de sanctionner le capitaine Dièye conformément aux réglementations. Et ces sanctions peuvent aller jusqu’à la radiation pure et simple. Aussi, l’armée a décidé -cumulativement à ces sanctions et à l’application de la loi 94-44 du 27 mai 1994 portant code de justice militaire- de traduire le capitaine Dièye comme tout déserteur devant les juridictions ordinaires à formation spéciale « pour désertion à l’intérieur en temps de paix. »

Laisser un commentaire