Affaire Birima Ndiaye: « C’est l’impunité accordée à Barthélémy Diaz dans le meurtre de Ndiaga Diouf qui a inspiré Birima »

Le tollé né des choquants propos du chroniqueur Birima Ndiaye de la TFM ne s’est pas encore dissipé. Dernier intervenant sur le sujet le journaliste, Babacar Touré, qui s’est prêté aux questions réponses de la rédaction de Kewoulo a annoncé que, « contrairement aux voeux de l’enseignant, c’est Birima Ndiaye lui-même qui doit être poursuivi pour ses propos délictueux. »   

Les dangereux propos du chroniqueur Birima Ndiaye continuent de susciter des indignations à travers le pays. Après le milieu estudiantin qui a déclaré l’enseignant personna non grata dans l’enceinte du Crouss de Saint-Louis, la levée de boucliers remarquée au sein des rédactions du groupe Futurs Médias et le branle bas de combats des organisations de défenses des droits de l’homme, c’est le journaliste Babacar Touré qui s’y est mis. Face à la rédaction de Kewoulo, Babacar Touré a déclaré que « Birima Ndiaye est indigne d’être un éducateur ».       

Alors que l’enseignant a déclaré avoir porté plainte contre les diffuseurs de sa vidéo polémique, le journaliste pense que « c’est Birima Ndiaye qui doit être poursuivi par la justice pour « incitation à la violence », « trouble à l’ordre public », « voie de fait » et « appel au meurtre ». Comme Babacar Fall de la RFM, le directeur de publication de Kewoulo pense que Birima Ndiaye doit être interdit d’antenne après avoir tenu des propos d’une telle gravité même si, pour sa défense, l’enseignant syndicaliste a déclaré que sa vidéo a été tronquée. Aussi, l’invité de Mariama Ka a déclaré que « le fait que Birima ait dit que les propos avaient été sortis de leur contexte -une amalgame serait entretenue pour faire croire que Birima parlait du meurtre de Fallou Sène- ne pouvait pas être un facteur atténuant. »

« Puisque lui-meme dit que les faits se sont déroulés il y a deux ans, cela implique qu’il est passible de poursuites judiciaires. Ses propos ne sont pas encore couverts par la prescription. Il peut, dès lors, répondre devant les tribunaux. » A déclaré Babacar Touré. Très remonté contre les choquants propos du chroniqueur de l’émission Jakarloo, Babacar Touré a déclaré que « c’est l’impunité accordée à Barthélémy Diaz lorsqu’il a tué Ndiaga Diouf, de sang froid, qui a permis à des citoyens comme Birima Ndiaye -comme celui qui a tué à la station de Yoff- de croire que rien ne leur arriverait lorsqu’ils tueront un être humain. »

Aussi, le directeur de publication de Kewoulo a déploré les impunités et déni de justice notés dans les dossiers concernant Cheikh Béthio Thioune et ses talibés dans les meurtres de Médinatoul Saalam. Pour Babacar Touré, « un pays a besoin de symboles forts pour tenir. Les citoyens ont besoin de sentir la force de la justice pour s’autodiscipliner. Ce pays que nous avons hérité de nos aïeux, nous devons le transmettre intact à nos enfants.« 

Laisser un commentaire