Accusé de viol par un garçon de 14 ans : Mohamed Ba écope de trois ans de prison ferme

Texte alternatif de la bannière

Coupable des faits de viol, de pédophilie, de détournement de mineur et d’acte contre nature, Mohamed Ba, 24 ans a été jugé et condamné ce mercredi par le tribunal des flagrants délits de Dakar à trois ans d’emprisonnement ferme. Il a été accusé de viol par l’adolescent M.J.C, âgé de 14 ans.

Domicilié à Pikine Icotaf, marié à une épouse, Mohamed Ba, la vingtaine est en train de vivre certainement du fond de sa cellule, les jours les plus sombres de sa vie. A la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, où il a comparu ce mercredi pour des faits aussi graves, il a nié les accusations sans convaincre le juge de son innocence.

Parti un jour dans l’école du jeune M.J.C à Tivaoune Peulh pour y installer un podium à l’occasion d’une fête, Mohamed Ba dit avoir été approché par une fille qui lui a demandé son numéro de téléphone. Cependant, après avoir remis son numéro à celle-ci, il a commencé à recevoir des messages et des appels sur le numéro du mineur M.J.C, qui le courtisait.

Croyant, précise-t-il, qu’il avait toujours affaire à la complice de celui-ci, vu le timbre de la voix efféminée qu’il entendait au bout du fil. Des mots doux ont commencé à courir entre lui et le présumé adolescent gay. Mais grande fût sa surprise, poursuit-il, lorsqu’un jour ce dernier, lui a fixé un rendez-vous dans son école. « J’étais choqué, parce que même sur son profil WhatsApp, il y a mis une photo de fille. Il m’a invité à le rejoindre dans une salle de classe pour une partie de jambes en l’air. J’ai refusé. D’ailleurs, avant même qu’on se sépare ce jour-là, je lui avais conseillé d’abandonner ce mauvais chemin », s’est défendu le sieur Ba.

Toutefois, d’après les confidences faites par l’adolescent M.J.C à sa mère lorsque celle-ci a découvert les discussions téléphoniques par le biais de sa sœur, c’est le prévenu qui a été le premier à lui faire des avances. Et, il a été contraint à une relation sexuelle par celui-ci, lors de leur rencontre. Le parquet a requis l’application de loi. Me Amadou Aly Kane, constitué pour la défense des intérêts du prévenu, a plaidé la relaxe.

Il a souligné par ailleurs, que la véritable victime dans cette affaire, c’est son client. Car, dit-il, l’enquête menée dans l’école de l’adolescent a révélé que ce dernier, est soupçonné d’être un homosexuel depuis fort longtemps. Même son apparence, ajoute-t-il, le confirme. Raison pour laquelle, il a refusé de comparaître avec sa mère. Rendant son verdict, le juge a envoyé le prévenu à la citadelle du silence pour trois ans.

Kady FATY

Leral 

Laisser un commentaire