Au Maroc, un accord de gouvernement enfin trouvé

un accord

Le nouveau Premier ministre marocain, Saad Eddine El Othmani, a annoncé samedi qu’il était parvenu à un accord de coalition avec cinq autres partis, mettant fin à six mois de blocage politique.

Saad Eddine El Othman, après plus d’une semaine a la tête du gouvernement marocain, a annoncé, samedi 25 mars, qu’il était parvenu à trouver un accord de coalition avec cinq autre partis  du royaume, mettant ainsi fin à six mois de blocage politique qui minait les efforts du roi Mouhamed 6.

Il a déclaré que « les prochaines étapes consisteront à décider d’une structure de gouvernement et des nominations ministérielles. » Il a aussi ajouté qu’avec ses nouveaux alliés, ils vont devoir « aller au-delà des obstacles précédents. »

M. El Othmani a succédé à Abdelilah Benkirane,  Secrétaire général du parti de la justice et du développement. Le chef du PJD, vainqueur des élections législatives de 2011  avait été chargé par le roi  Mohammed VI de former un gouvernement de coalition. Mais, après d’intenses et interminable tractations, il n y était pas parvenu.

Benkirane avait proposé de reconduire la coalition sortante qu’il dirigeait  déjà, une alliance hétéroclite de quatre formations rassemblant islamistes, libéraux et ex-communistes. Mais il fait face à l’opposition du patron du Rassemblement national des indépendants,Aziz Akhannouch .

Saad Eddine El Othman a précisé que les priorités du gouvernement à venir porteraient notamment sur le renforcement de la stabilité, une réforme de la justice, l’éducation, le développement des zones rurales et l’énergie.

D’ailleurs, «une commission sera formée dès dimanche pour se pencher sur la désignation des ministres et l’élaboration du programme gouvernemental», a détaillé le premier ministre, lors d’une conférence de presse depuis le siège de son parti à Rabat, à l’issue d’une rencontre avec les chefs de ces cinq formations.

Cet accord a été noué avec le Rassemblement national des indépendants (RNI), l’Union socialiste des forces populaires (USFP), le Mouvement populaire (MP), l’Union constitutionnelle (UC) et le Parti du progrès et du socialisme (PPS). La coalition s’appuiera sur 240 députés, sur les 395 du Parlement, où le PJD compte à lui seul 125 sièges.

Laisser un commentaire