« Pour des négociations immédiates avec And Gueusseum », ( par Baba Gallé Diallo)

"Pour des négociations

La liberté syndicale, le droit de grève et le droit de négociation sont des droits acquis de haute lutte par la communauté des travailleurs. Ces droits précités n’auraient pas existés, sans la liberté d’association, leur mère nourricière.

Il ne s’agit pas ici d’évaluer le degré d’application de la liberté syndicale, le droit de
grève et la liberté d’association mais plutôt de montrer d’une part, mon étonnement
relatif au silence assourdissant du gouvernement par rapport à la revendication de la
coalition des syndicats du secteur de la santé dénommée « And Gueuseum » et d’autre
part, d’appeler à des négociations préventives en vue d’abréger les souffrances des
populations qui seraient éprouvées par la grève.

Si le syndicat a le droit de grève et le droit de négociation en tant que force sociale
représentant les travailleurs, le gouvernement a le devoir d’écoute et le devoir
d’engager des négociations pour trouver une solution au problème posé. Justement
c’est le devoir exclusif du gouvernement d’autant plus qu’il s’agit ici de grève de
travailleurs du secteur public notamment de la santé dont l’Etat est employeur.

La coalition des syndicats de santé « And Gueuseum » est à son quinzième plan
d’action. C’est énorme du point de vue arithmétique en d’autres termes sur le plan
comptable. Il s’agit chronologiquement de compter : 1,2, 3, 4, 5, 6, 7,8 jusqu’à 15.
Franchement, on est surpris et étonné par le nombre de plan d’actions déroulé sans
qu’il y ait à l’initiative du gouvernement, un début de négociations entre les
différentes entités concernées.

Dans leur quatorzième plan d’action, la coalition des syndicats de la santé « And
Gueuseum » avait annoncé la couleur à l’opinion publique de boycotter la campagne
de vaccination si des négociations n’étaient pas entamées. Personne n’a bougé
jusqu’à l’expiration comme si une certaine léthargie s’était saisi de notre esprit et l’a
enveloppé d’un voile qui l’aurait empêché de comprendre les enjeux et de pouvoir
agir.

La vaccination en tant que moyen de prévention de maladies infantiles mortelles
n’est plus à démontrer. Ella a permis de sauver des vies, de réduire la mortalité et la
morbidité infantile liée à certaines maladies telles que : la diphtérie, la coqueluche, la
rougeole, la poliomyélite, le tétanos. Etc. Cependant, il faut distinguer la vaccination
de routine des campagnes de vaccination de masse des enfants organisées
périodiquement par le Ministère de la Santé et de l’Action sociale (MSAS) avec
l’appui de ses partenaires techniques.

Dans tous les deux cas de figure de la vaccination, le prestataire joue un rôle
importantissime. Le gouvernement ne peut pas ignorer cela. Et en plus du boycott de
la vaccination, il y a la rétention des données qui sont l’oxygène du système de sante
sans lesquelles il meurt.

Les conséquences sur le plan sanitaire ainsi que sur celui de l’émotion sont
incalculables. Déjà diminués, les patients qui ne savent pas où ils vont donner de la
tête du fait de la grève sont blessés et désemparés. Cela dit, y a-t-il de raisons
valables d’attendre que « And Gueuseum » aille plus loin c’est-à-dire paralyser
totalement le système de santé pour que le gouvernement daigne vouloir négocier ?

Au fait, plus le temps passe, plus les positions ne se radicalisent en allant crescendo
au détriment de la santé des populations. Ainsi, dans le cadre du dialogue préventif,
on peut dire que le gouvernement a déjà perdu beaucoup de temps pour négocier
avec « And Gueuseum ». Car les négociations sont inévitables. Pour autant, pourquoi
ne pas le faire maintenant ? Pourquoi accepter volontairement de perdre du temps
quand on sait pertinemment que ce rapport de force se terminera autour d’une table
de négociation ?

Si le gouvernement ne change pas d’attitude, ce qui est sûr « And Gueuseum »
continuera à exercer son droit à la grève dans les limites fixées par la loi, jusqu’à la
table de négociation, pour sauvegarder sa crédibilité auprès de ses membres et sa
survie.

Laconiquement, ce que la coalition des syndicats de santé « And Gueuseum »
revendique, c’est simple. C’est une augmentation du régime indemnitaire des
paramédicaux au même titre que les médecins avec qui ils partagent le système de
santé, les enseignants et les travailleurs non magistrats du secteur de la justice. Ils
ne demandent pas un alignement de leur indemnité à celle des médecins. Donc,
sans risque de se tromper, on peut dire que leur revendication est légitime d’autant
plus qu’en dehors du fait qu’ils ont droit à une augmentation, ils sont, de droit et de
fait les moins nantis du système de santé en termes de revenus par rapport aux
médecins.

Toutes les mesures visant à creuser davantage les inégalités sociales contre
lesquelles le Président Macky Sall, théoriquement s’était érigé et s’érige encore,
n’ont pas le droit de cité. Cependant, il semble que, les médecins ont un droit (un
droit non lié à leur statut et grade), que les paramédicaux, n’ont pas. Cette situation
de fait regrettable, participe à exacerber les différences, à créer des frustrations et à
dresser les membres d’une même famille (celle de la santé), les uns contre les
autres.

Et pourtant, les paramédicaux, eux aussi, ont le droit non seulement de revendiquer
une augmentation de leur régime indemnitaire mais ils ont le droit légitime à une
augmentation de leur régime indemnitaire comme les enseignants, les médecins et les
travailleurs non magistrats du secteur de la justice. Car, le droit à un bien être qu’on
est capable d’atteindre est légitime ainsi que le droit d’avoir plus de biens que l’on a.

Historiquement et socialement, le Sénégal est un pays de dialogue. On a surmonté
beaucoup d’épreuves communes et individuelles grâce à notre génie social et
politique mais aussi, grâce à notre sens élevé du dialogue pour la paix sociale.
Aujourd’hui (au moment où j’écris ce papier) ce qui semble incompréhensible et suscite
des interrogations légitimes, c’est l’inaction et le silence que le gouvernement a
opposé à l’appel répété 15 fois de « And Gueuseum » pour des négociations sur le régime indemnitaire des paramédicaux. Le problème, c’est pourquoi le gouvernement refuse t’il apparemment d’engager les négociations? Le problème, c’est pourquoi, ne prend-il pas la main qui lui est tendue alors qu’il sait, sans illusion possible que ce rapport de force va finir tôt ou tard autour d’une table de négociation?

Négocier maintenant, non pas demain, hic et nunc, pour épargner aux populations
de souffrances évitables. La plus belle femme du monde ne peut donner que ce
qu’elle a.
Le Président Macky Sall ne peut pas prendre la main tendue de « And Gueuseum » en
lieu et place du gouvernement, sinon, il participerait sans le vouloir à créer les
conditions qui transformeraient sa fonction en un mur de lamentations non seulement
pour les organisations syndicales mais aussi pour les populations.

Vive le Sénégal !
Vive la République !

Par Baba Gallé DIALLO
Email : babadediana@gmail.com

Laisser un commentaire