Cameroun : des femmes exigent le retour de la paix dans les régions anglophones

Cameroun : des femmes exigent

Des femmes camerounaises originaires du nord ouest et du sud ouest ont organisé ce vendredi un sit-in à Bamenda avec les photos des leurs tués, force de l’ordre comme séparatistes et civil mort dans les affrontements.

Elles dénoncent la crise qui frappe depuis près de trois ans l’ouest anglophone du pays. Ces femmes appellent ainsi au retour de la paix.

Elles sont plusieurs centaines de mères et de filles qui ont chanté ce vendredi à Bamenda. Elles sont originaires des villes et villages des régions anglophones secouées par des affrontements armés.

Si certaines brandissent des pancartes dénonçant les violences, d’autres comme cette dame, font leur sit-in avec les photos des leurs tués dans cette crise.

Au cours de cette manifestation pacifique, ces mamans anglophones exhortent tous les groupes armés à cesser toute forme de violence, toute déstabilisation et restriction aux libertés de mouvements, à déposer leurs armes, et à s’engager immédiatement et sans conditions en faveur du processus de paix.

Depuis son déclenchement en novembre 2016, la crise dans les régions anglophone du Cameroun a déjà fait d’importants dégâts collatéraux.

Si le nombre de séparatistes morts dans des affrontements avec la force publique n’est pas disponible jusqu’ici, au moins 100 agents des forces de sécurité et plus de 600 civils ont déjà péri du fait du conflit, selon des ONG.

Par ailleurs, quelque 160 000 personnes ont dû fuir leur logement à la suite des violences, selon l’ONU. L’Agence nigériane de gestion des urgences (SEMA), signale qu’environs 74 994 se sont réfugiées au Nigeria.

Laisser un commentaire