Aéroport international Blaise Diagne : Une enquête de satisfaction lancée

    Après 100 jours de fonctionnement, la société chargée de la gestion de l’Aéroport international Blaise Diagne (Aibd) a décidé de mener une enquête de satisfaction des services offerts aux passagers et aux compagnies aériennes.

    Le samedi 17 mars dernier marque les 100 jours de la mise en service de l’Aéroport international Blaise Diagne. La nouvelle plateforme aéroportuaire avait été inaugurée le 7 décembre 2017. Après des débuts difficiles du fait de grève des aiguilleurs du ciel de l’Asecna, une semaine juste après son ouverture, l’aéroport avait, par la suite, pris sa vitesse de croisière, fonctionnant normalement comme tout bon aéroport. Dans l’optique d’améliorer davantage les services offerts aussi bien aux clients qu’aux compagnies aériennes, la société de gestion de cet aéroport, en l’occurrence Las, a pris prétexte de ses 100 jours de fonctionnement pour lancer une enquête de satisfaction. Celle-ci démarre aujourd’hui et s’étire sur sept jours. elle sera menée par le Département Qualité, Sécurité et Environnement de Las avec le soutien de 28 étudiants de quatre universités et écoles de formation de Thiès.

    Ces établissements d’enseignement supérieur ont été choisis dans le cadre de la Responsabilité sociétale d’entreprise (Rse), a indiqué Yacine Kébé, chef du département Qualité, Sécurité et Environnement de la société de gestion d’Aibd Las. « Nous allons estimer nos performances en matière de qualité de service. A cet effet, nous avons défini un certain nombre d’indicateurs. L’enquête va déterminer nos points forts et ce qu’il y a lieu d’améliorer », a-t-elle expliqué.

    Pour Xavier Mary, Directeur général de Las, cette enquête d’envergure marque le début de « ce que nous comptons développer de manière continue dans l’aéroport en qualité de services ». Après 100 jours de mise en service, il était important, à ses yeux, de mesurer la satisfaction des passagers car cela permet d’améliorer le service global de l’aéroport. « Nous allons mesurer cette satisfaction avec des outils de comparaison. La liste est très longue et couvre plusieurs domaines. Cela va de l’ambiance générale en passant par la propreté des toilettes jusqu’à la qualité du personnel qui prend contact avec les passagers », a-t-il déclaré.

    L’Aibd, un bel outil
    Et sans même présager des résultats de l’enquête, Xavier Mary estime « satisfaisants » les services offerts durant les 100 premiers jours. Persuadé qu’il est que le Sénégal dispose d’un « bel outil ». « Cet aéroport est un outil de développement économique. C’est la première image qu’on a d’un pays. Un homme d’affaires qui débarque dans cet aéroport est déjà rassuré par la qualité des installations et du service qui lui est offerte, c’est pourquoi nous mettons un point d’importance dans la qualité de service », a-t-il insisté.

    Outre la qualité de service, autre point qui semble satisfaire le Directeur général de Las, c’est le nombre de passagers qui ont transité par l’Aibd depuis le début de l’année 2018. « Nous avons enregistré 378.000 passagers entre le 1er janvier et le 28 février pour plus de 4.000 mouvements d’avions. Cela est tout à fait conforme à nos prévisions et même légèrement au-delà. Nous avons eu une progression du trafic de 6,8 % par rapport à la même période de l’année dernière à l’aéroport de Yoff », a-t-il souligné. Cette augmentation du trafic s’explique aussi par l’arrivée de trois nouvelles compagnies à savoir Rwandair (Rwanda), Camairco (Cameroun) et récemment Air Peace (Nigéria).

    Seul bémol, la zone fret. Celle-ci a certes connu des améliorations après des débuts « difficiles », mais tout ne semble être pas encore au point. Ce que reconnaît, à demi-mots, le Directeur général de Las. « Nous avons procédé rapidement à l’amélioration de la situation et aux expéditions imports et exports. Mais nous sommes encore en train d’améliorer le système car nous allons vers une saison où la température va s’élever. Il est donc important, pour nous, de conserver la chaîne froid car les produits importants à l’exportation pour le Sénégal sont des produits frais. Nous travaillons d’arrache-pied dans ce projet », a-t-il expliqué.

    Laisser un commentaire