Accusé du meurtre de son « rival », Sadio Keita se donne la mort au violon

Accusé du meurtre de son « rival », Sadio Keita se donne la mort au violon
Accusé d’avoir donné la mort à celui qu’il croyait flirter avec son épouse, le mécanicien motocycliste Sadio Keita aurait ensuite consumé le corps sans vie de son « rival » en pleine brousse, avant de se suicider au violon de la brigade de gendarmerie de Vélingara.

commune de Vélingara, sud du Sénégal, continue à alimenter la rubrique des faits divers de la presse nationale. Apres l’affaire de Nianao et la fermeture de la Grande mosquée, voilà que ce département de la région de Kolda est encore secoué par une affaire de meurtre suivi du suicide du présumé meurtrier. Sadio Keita, mécanicien motocycliste, est accusé d’avoir tué celui qu’il croyait flirter avec son épouse. Ce natif de la Guinée aurait ensuite incinéré le corps sans vie en pleine brousse.

Selon des personnes proches du dossier, S. K. et sa victime Mamadou Lathiou Diallo vivaient dans le même appartement dans le quartier Hafia de la commune de Vélingara. Le jour des faits, dimanche 4 février passé, il aurait piégé son « rival » en l’invitant à faire ensemble une sortie hors du périmètre communal. Ils seraient partis en moto vers le nord de Vélingara, precisément vers la Gambie. Plusieurs voisins les ont aperçus sortir de la ville le matin. C’est en pleine brousse qu’il aurait assommé, puis achevé le pauvre avant d’appeler un de ses apprentis pour apporter un bidon d’essence, arguant qu’il serait en panne de jus.

L’affaire a éclaté avant-hier dimanche, après une semaine de recherches de la famille de la victime. L’apprenti porteur du bidon d’essence, aurait facilité l’arrestation de son maître qui a nié les faits qui lui sont reprochés.

La gendarmerie, le présumé meurtrier et certains de ses proches se sont rendus sur les lieux indiqués par les informateurs. Point de trace de restes humains. En détention préventive à la brigade de Vélingara, S. K. se serait donné la mort dans la nuit de dimanche au lundi. Par quels moyens ? C’est la question.

Le corps de S. K. est évacué à l’hôpital régional de Tambacounda pour les besoins de l’autopsie. L’épouse de S. K. et l’apprenti sont en détention dans les locaux de la Brigade de gendarmerie de Vélingara.

Laisser un commentaire