“Ici à Dakar, monsieur le président Macron, tournez enfin le dos à la Françafrique  !”

    “Ici à Dakar, monsieur le président Macron, tournez enfin le dos à la Françafrique  !”
    Le président français est en visite officielle au Sénégal du 1er au 3 février. Francophonie, “partenariat économique”, passé colonial, le Sénégalais Jacques Habib Sy, ancien délégué général du sommet de la Francophonie en 2014, dénonce la persistance de la domination de la France sur ses anciennes colonies.

    Je voudrais adresser ces mots au président Macron. Depuis votre installation à l’Élysée [en mai 2017], la France s’illustre dans sa continuité du contrôle militaire et politique du continent africain, et de la mainmise sur nos abondantes ressources minières, pétrolières et halieutiques.

    [Ces dernières décennies], la France a été directement impliquée dans au moins 30 coups d’État militaires en Afrique, et dans l’installation de chefs d’État africains dont la plupart sont des dictateurs ou des pions placés sur l’échiquier des intérêts français, prêts à retourner le glaive de la répression souvent sanglante contre leurs propres peuples.

    Nous n’en finirions pas de faire le bilan macabre de tuerie et de destruction dont vos gouvernements antérieurs se sont rendus coupables à travers l’histoire. Or, vous avez commencé votre magistère par dissiper votre responsabilité propre quant à la gestion de cet héritage encombrant. Cette posture n’est ni courageuse ni porteuse d’espoir pour les jeunes générations d’Africains que vous expulsez [de France] à un rythme plus accéléré que celui de vos prédécesseurs.
    Maxime mitterrandienne

    Ici même, nous vous avons demandé de rendre toutes les archives du massacre de Thiaroye relatives à l’exécution par vos troupes de “tirailleurs” fraîchement rentrés du front et dont le seul tort avait été de réclamer leurs pensions de démobilisation [le 1er septembre 1944, à Dakar, des gendarmes français ont tiré sur des tirailleurs sénégalais, ex-prisonniers de guerre, qui réclamaient le paiement d’arriérés, faisant entre 35 et 70 morts selon les sources].

    Vous observez le même principe condamnable de discrimination contre nos anciens combattants qui ont vaillamment combattu contre l’invasion nazie en France et ailleurs. Vous refusez jusqu’ici de leur payer, ou à défaut à leurs descendants, l’entièreté des pensions et indemnisations qui leur sont dues.

    Comme votre prédécesseur François Mitterrand [1981-1996], vous tenez que “sans l’Afrique, il n’y aura pas d’histoire de France au XXIe siècle”. Car vous êtes convaincus que “la France sait combien l’Afrique lui est nécessaire” et que cette dernière garantit son influence et son aura dans les instances internationales.
    Hégémonie sur les marchés africains

    Instruit par cette maxime mitterrandienne, et au lieu d’inverser la tendance, vous avez, au contraire, poursuivi les mêmes politiques pour construire la prospérité française à travers le contrôle hégémonique des marchés africains. Vous avez également veillé à maintenir sous votre férule et celle de vos milieux d’affaires de funeste réputation, la plupart des chefs d’État africains dont les pays ont des fins de mois difficiles, asphyxiés par l’inefficacité et la corruption généralisées.

    Vos états de service rendent compte de votre volonté de ne pas admettre le lourd héritage que représente la responsabilité de la France dans l’existence de charniers au Tchad, au Cameroun, au Gabon, au Congo, au Rwanda et ailleurs. Nous aurions préféré vous entendre regretter sincèrement les crimes contre l’humanité commis par la France en Afrique, et vous voir vous atteler à réparer les fâcheux résultats de ces politiques impitoyables d’oppression et de spoliation.

    Ici même au Sénégal, vous garantissez vos parts de marché à travers la présence massive et grandissante de plus de 600 entreprises françaises dans les domaines les plus divers (banques, eau, électricité, téléphone, hydrocarbures). Ces entreprises françaises sont un facteur direct d’appauvrissement de nos petites et moyennes entreprises. Leur omniprésence est décriée dans tout le Sénégal.
    La tromperie de la francophonie

    Sur le plan financier, les accords de partenariat économique que vous défendez et promouvez au nom des intérêts conjugués de la France et de l’Europe enfoncent durablement les Africains dans la misère alors que vous prétendez instruire un partenariat “gagnant-gagnant”, formule simpliste reprise à l’aveuglette par vos obligés africains. Nous ne voulons pas de ces accords et nous le disons depuis des décennies.

    Quant à la francophonie, elle ne sert que les intérêts de la France. Les Africains sont des africophones, et ont davantage intérêt à perpétuer l’existence de leurs propres langues plutôt que le français. Je demande donc au président de la République que vous êtes de mettre un terme à tous ces projets prétendument éducatifs.

    S’il y a une certitude, monsieur le président de la République française, c’est que vous perdez votre temps en Afrique en y traînant les bagages encombrants et surannés de la vieille France coloniale et néocoloniale.
    Pour une coopération en phase avec “une Afrique debout et alerte”

    Cet héritage pourrait ne pas être le vôtre parce que vous avez encore la chance innée de pouvoir jeter aux orties le manteau de l’hégémonisme pour porter celui de la coopération désencombrée des scories du passé et en phase avec nos aspirations à l’indépendance véritable, à une prospérité portée par les forces travailleuses d’une Afrique debout et alerte.

    Ne vous y trompez pas. Aujourd’hui comme hier, lorsqu’il y a un demi-siècle, ici même [à Dakar] était venu de Gaulle, l’Afrique reste encore et toujours héritière de la flamme sacrée de la liberté. Ces femmes et ces hommes qui avaient accueilli votre mentor à la place de l’Indépendance sont toujours ici. Ils ont su rester dignes, fiers et ouverts à un véritable partenariat avec le reste du monde.

    Vous les trouverez partout attentifs à votre propos. Ne leur servez pas les discours vieillis auxquels nous avaient accoutumés vos prédécesseurs. Donnez-nous ici même, par des mesures concrètes, la preuve de votre bonne foi quant à votre intention de tourner le dos à la Françafrique.

    Laisser un commentaire