Affaire Ramadan : pourquoi le juge a décidé de maintenir l’islamologue en détention

    Affaire Ramadan : pourquoi le juge

    tariq-ramadan
    tariq-ramadan

    Affaire Ramadan : pourquoi le juge a décidé de maintenir l’islamologue en détention.
    Le juge des libertés et de la détention (JLD) a suivi les réquisitions du parquet qui évoque, entre autres, la nécessité « d’empêcher toute pression sur les témoins et victimes ».

    Tariq Ramadan va donc rester derrière les barreaux. Ainsi en a décidé mardi en fin d’après-midi le juge des libertés et de la détention (JLD). L’islamologue, mis en examen vendredi à Paris pour viols, avait été placé en détention provisoire dans l’attente de ce débat différé. Le théologien, mis en cause par deux femmes qui l’accusent de les avoir agressées en 2009 et 2012, nie catégoriquement les faits.

    La décision du JLD est conforme aux réquisitions du parquet qui avait motivé sa position en invoquant quasiment tous les critères légaux du placement en détention provisoire : la conservation des preuves, la garantie du maintien à la disposition de la justice du mis en cause et le trouble à l’ordre public que pourrait engendrer sa remise en liberté. Dans ses réquisitions, dont nous avons pris connaissance, le parquet développe aussi la nécessité « d’empêcher toute pression sur les témoins et victimes ».

    Le ministère public rapporte ainsi l’existence de nouveaux témoins, entendus pour certains sous X, ayant « attesté avoir entretenu avec lui des relations sexuelles empreintes de violences proches de celles décrites par les plaignantes » et qui « se sont réservé le droit de déposer plainte ». « Les investigations doivent se poursuivre à l’abri de toute pression, alors même que les plaignantes et des témoins ont fait part de leur crainte de représailles et de pressions et menaces d’ores et déjà subies », argumente l’accusation.
    Mis en difficulté par un détail intime

    Pour l’heure, Tariq Ramadan n’a été confronté qu’à sa première accusatrice, Christelle*. Cette femme, qui explique avoir fait connaissance avec le prédicateur sur les réseaux sociaux, a confirmé avoir subi une agression violente et humiliante le 9 octobre 2009 dans un hôtel à Lyon (Rhône). « Je suis choqué par ses affabulations. Rien de tout cela n’est vrai », a objecté Tariq Ramadan lors de la confrontation qui s’est déroulée jeudi dernier dans les locaux du 2e district de police judiciaire. Le petit-fils du fondateur des Frères musulmans explique notamment que son emploi du temps l’empêchait de commettre un tel acte. Or, comme nous l’avons révélé mardi, son alibi — une réservation d’avion — n’avait pas pu être vérifié avant son placement en garde à vue.

    Lors de cette confrontation, le théologien a en revanche été mis en difficulté par un détail plus intime : la connaissance par son accusatrice de la cicatrice qu’il porte au niveau de l’aine sur la jambe droite. « Je ne sais pas comment elle a pu savoir que j’avais une cicatrice à cet endroit », a-t-il admis. L’islamologue a contesté avoir eu la moindre relation sexuelle avec Christelle. Tout juste a-t-il reconnu « un jeu de séduction ». « Il y a eu un jeu entre nous mais je suis toujours resté très prudent », a-t-il insisté. Manifestement sans convaincre à ce stade.

    Contactés mardi, ni les avocats de Tariq Ramadan ni celui de Christelle n’ont souhaité s’exprimer sur le maintien en détention du théologien déchu.

    Laisser un commentaire