« Le collectif contre la venue de Rihanna au Sénégal m’a fait honte »

    Singer Rihanna attends the "GPE Financing Conference, an Investment in the Future" organised by the Global Partnership for Education in Dakar, Senegal, February 2, 2018. REUTERS/Philippe Wojazer

    « Le collectif contre la venue de Rihanna au Sénégal m’a fait honte »

    Selon notre chroniqueur, des fanatiques sans poids ni influence ont profité de la visite de la chanteuse pour se donner en spectacle
    Rihanna à Dakar, le 2 février 2018, lors de la troisième conférence de financement du Partenariat mondial pour l’éducation, dont elle est ambassadrice.
    Chronique. Venue participer, les 1er et 2 février à Dakar, à la conférence de financement du Partenariat mondial pour l’éducation coprésidée par les présidents Macky Sall et Emmanuel Macron, la chanteuse Rihanna a été déclarée persona non grata par un « Collectif contre la franc-maçonnerie et l’homosexualité ». Celui-ci accuse la star d’être une « illuminati » « porteuse de plusieurs dangers socioculturels » pour le Sénégal.

    Comme je m’y attendais, et en dépit des sornettes de ces « complotistes du vendredi », Rihanna est venue et est repartie sans anicroche. Puis les millions de Sénégalais qui ne connaissent ni la chanteuse ni ce collectif de dévots ont vaqué à leurs occupations, se débattant dans un quotidien souvent difficile.
    Une petite bande d’excités

    Franc-maçonnerie, homosexualité, voire prosélytisme luciférien : telles sont les accusations qu’ont subies, ces derniers temps, nombre de femmes et d’hommes publics au Sénégal. Dans le cas de Rihanna, encore une fois, Internet a permis à une petite bande d’excités, drapés du manteau de la religion, de se donner en spectacle, entre communiqués guerriers et appels à manifester. Mais ces fanatiques, regroupés dans une trentaine d’associations religieuses marginales n’ayant jamais accepté la laïcité dans notre pays, n’ont ni poids ni influence.

    Ceux qui fustigent la présence de Rihanna au Sénégal sont les mêmes qui avaient appelé à la censure de l’ouvrage Les Derniers Jours de Muhammad (Albin Michel), de l’universitaire Hela Ouardi, jugé blasphématoire. Ce sont les mêmes qui avaient porté plainte contre une chanteuse pour un accoutrement considéré trop sexy et donc contraire aux bonnes mœurs. Et ce sont les mêmes qui, déjà en 1992, fustigeaient la visite du pape Jean-Paul II à Dakar. Heureusement, le président Abdou Diouf n’avait pas donné suite à leur requête.

     

    Laisser un commentaire