Six membres d’une fratrie jugés aux assises de Paris pour terrorisme

Une fratrie sera jugée devant la cour d’assises de Paris à partir de lundi pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste. Les faits remontent à septembre 2014. Ils encourent des peines de 20 ans de réclusion criminelle.

Quinze personnes, dont six d’une même fratrie, sont jugées aux assises à partir de lundi 12 novembre, soupçonnées d’être impliquées dans une filière d’acheminement de combattants vers la Syrie et, pour certaines, dans un projet d’attentat en 2014 dans la métropole lyonnaise. Mais sur ces quinze accusés, sept seulement répondront présents devant la cour d’assises de Paris, car les huit autres, partis en zone irako-syrienne, sont toujours recherchés. Tous sont jugés pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste et encourent des peines de 20 ans de réclusion criminelle.

La personne centrale dans ce dossier est un jeune homme de 23 ans, Reda Bekhaled, bien connu des services de renseignement. Il a été interpellé en septembre 2014, à Vaulx-en-Velin, dans la banlieue de Lyon. La section antiterroriste du parquet de Paris avait ouvert une enquête deux mois plus tôt sur une filière d’acheminement de candidats au jihad en Syrie pour l’organisation État islamique (EI). Son interpellation a dû être précipitée, les enquêteurs craignant, sur la base d’écoutes téléphoniques notamment, une attaque imminente dans la région de Lyon.

Accrédité auprès de l’EI

Dans une conversation sur la messagerie WhatsApp, il disait qu’il voulait « les crever, ces chiens », qu’il préférait « les combattre ici », « comme Merah », l’auteur des tueries dans le sud-ouest de la France en mars 2012. Il aurait cherché à obtenir une lettre d’accréditation auprès du groupe EI, qui aurait permis à l’organisation de revendiquer l’attaque. Une kalachnikov a été découverte chez lui avec son chargeur approvisionné de 28 cartouches et il portait un revolver lors de son interpellation.

Reda Bekhaled, qui nie avoir préparé un attentat, a déjà eu affaire à la justice. Dans le dossier Forsane Alizza, un groupuscule islamiste radical, dissout en 2012 et dont il était membre, il a été condamné à deux ans de prison en 2015 pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d’actes de terrorisme. Lundi, Reda Bekhaled retrouvera dans le box des accusés son frère Karim, 26 ans, et sa sœur Farida, 38 ans. La cour d’assises spéciale, compétente pour les crimes terroristes et composée uniquement de magistrats professionnels et non de jurés populaires, rendra son verdict le 30 novembre.

Auteur: France 24

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire