Sénégal: Après 3 années de détention pour terrorisme, Moustapha Diatta s’explique et dénonce les mensonges de l’administration

Sénégal: Après 3 années de détention

Texte alternatif de la bannière

Moustapha Diatta a vu rouge. Arrêté en 2016 après une dénonciation auprès de la Division des investigations criminelles (DIC), il a été cueilli à sa sortie de la mosquée Iman de la Gueule Tapée et placé en détention dans la foulée de l’affaire Imam Ndao. 

L’agent immobilier a été perdu par sa sollicitude à l’endroit de l’épouse de son ami Abdallah Bâ. En effet, il lui a été reproché d’avoir participé au voyage de cette dernière à Syrte, ex-fief de l’État islamique en Libye. Placé en détention préventive à la maison d’arrêt de Rebeuss, il est vite mis à l’épreuve de la dure vie carcérale avant d’être transféré au Cap Manuel. Là aussi, le détenu qui réclamait de meilleures conditions de détention est mis en cellule d’isolement.

Une punition qui ne réfrénera pas les ardeurs de Moustapha Diatta qui sera finalement transféré au quartier spécial des personnes accusées de terrorisme, au Camp Pénal. En attendant son procès, une nouvelle affaire vient corser sa situation : deux arabes maliens  interceptés à Dakar dans le cadre des des attaques de Grand Bassam, auraient des accointances avec lui. Ould Sidy Mohamed Sina et Diatta se seraient rendus chez un certain A. Ngom (indicateur de police) qui a confié aux enquêteurs avoir reçu les deux “amis” dans son bureau pour les besoins d’un registre de commerce. Le sort de Diatta était dès lors scellé. 

Même acquitté en juillet 2018 dans l’affaire Imam Ndao où il risquait une lourde peine pour actes de terrorisme par association de malfaiteurs, financement du terrorisme, blanchiment de capitaux, apologie du terrorisme, détention d’armes sans autorisation administrative, l’accusé reste en prison. En juillet 2019, les lignes bougeront : le témoin qui l’avait impliqué dans les attaques de Grand Bassam se ravise après une confrontation. Diatta qui filait tout droit vers une nouvelle comparution en chambre criminelle ne verra pas de nouveau les cinq juges.

Le procureur ayant demandé le non-lieu en sa faveur. Il recouvre ainsi la liberté et sa dignité. Dans un entretien marathon qu’il a accordé à Dakaractu, Moustapha Diatta semble très remonté contre ses “bourreaux” pour avoir presque fait de sa mère une “infirme”. Toutefois, l’ancien détenu veut refaire sa vie. À preuve, il a repris son travail dès sa sortie de prison. Et espère qu’un jour, le drapeau de l’Islam se hissera au Sénégal, non pas par les armes, mais par la prédication.   

Avec DakarActu

Laisser un commentaire