Inondations : Plus de 200 familles des Parcelles assainies Rufisque 1 de Keur Massar ont abandonné leurs maisons

Dix jours après les fortes pluies qui se sont abattues sur le Sénégal tout entier, l’eau stagne toujours aux Parcelles Assainies Rufisque 1 de la très populeuse commune de Keur Massar. Une situation qui exaspère et fait bouillir de colère les habitants. Lasses d’attendre que les eaux soient évacuées, plus de 200 familles ont déserté leurs maisons. Moralement, physiquement et psychologiquement atteintes, ces familles ont préféré quitter la zone pour un ailleurs. Quel qu’il soit.

La scène parait surréaliste. C’est une vaste étendue d’eaux verdoyantes à perte de vue. Autant dire que la zone est devenue une rivière. A la cité des Parcelles Assainies Rufisque 1, dans la commune de Keur Massar, des maisons sont encore envahies par les eaux. Conséquence de cette situation, des familles disloquées. La situation est telle que le délégué de quartier des Parcelles Assainies unité 2 Rufisque 1 a convoqué une réunion d’urgence. Les habitants — du moins ceux qui sont restés — sont tous là debout au milieu des eaux. Tous sont chaussés de bottes. La réunion est très houleuse. Les tentatives du délégué de quartier d’expliquer les actions humanitaires initiées par les autorités ne font qu’attiser la tension.

Certains jeunes présents lors de la réunion se révoltent et taxent leur délégué de quartier de « politicien ». Son discours a du mal à passer chez ces jeunes révoltés que tentent de raisonner les plus âgés. « Plus de 200 familles ont déserté leurs maisons. La Sn HLM nous a trahis. La société a porté atteinte à notre dignité. Nous avons donné à l’époque chacun 500 000 francs pour l’assainissement. Mais rien n’a été fait ! Les pertes occasionnées par les eaux sont inestimables », dit un des vieux qui contient difficilement sa colère.

Des maisons inondées
Pour accéder à l’intérieur des maisons, il faut au préalable se débarrasser de ses chaussures. L’eau arrive au niveau des cuisses. Trouvé à la porte de sa maison, cet homme de tenue préfère garder l’anonymat. « Les pertes sont énormes. J’ai perdu mes vivres et mon mobilier. Le peu que j’ai pu sauver se trouve sur la terrasse. Les enfants et ma femme sont chez mon frère. Je ne sors quasiment plus », explique l’homme. L’odeur nauséabonde des eaux constitue un danger pour ces populations. C’est un mélange d’eaux pluviales et d’excréments provenant des fosses septiques. « Je ne peux abandonner ma maison. Je l’ai acquise difficilement. J’ai quitté la Gueule Tapée pour m’installer ici. La société sn HLM ne nous a pas dit toute la vérité en nous vendant ces parcelles », crie de colère la dame Awa Ka qui vit dans sa maison avec ses jeunes filles. « Si c’était à refaire, je ne mettrais jamais mon argent dans cette parcelle non assainie », dit un autre habitant.

La maison du vieux Pape Ndiaye est presque transformée en mare. Bien que la maison ait été surélevée, les eaux l’ont quand même envahie. « Je ne bougerai pas d’ici. Ma maison m’a coûté de l’argent. Franchement, les pertes sont inestimables. La Sn HLM nous a fait du tort. Il faut dire au président Macky Sall que nous ne sommes pas des affamés. L’urgence c’est de nous sortir des eaux pas de nous donner des vivres ! », s’époumone le vieil homme.

Des sites de recasement pour les familles sinistrées
Pour venir en aide aux familles impactées par les pluies diluviennes de l’autre weekend, deux sites de recasement ont été aménagés. Au niveau de l’arrêt de bus 54, juste au terrain Jumbo, des tentes sont installées. Une centaine pour offrir un réceptacle provisoire à ces sinistrés. L’équipe municipale se donne toutes les peines du monde pour les familles sinistrées. De jeunes gens sont en train d’installer les tentes. L’autre site se trouve derrière le poste de santé Pau 12. Les familles trouvées sur place préfèrent garder l’anonymat tout en saluant l’apport de l’équipe municipale. Plus de 200 familles ont ainsi laissé leurs maisons, en attendant que les eaux pluviales soient évacuées. Selon les estimations de la mairie, plus de deux mille familles sont impactées à Keur Massar.

Le Témoin

Laisser un commentaire