Education: L’école élémentaire Massourang Sourang de Diourbel a refait peau neuve

Endommagée lors des dernières inondations, l’école Massourang Sourang a été réhabilitée. Suite à des sollicitations de la direction, Mme Fatou Diané, la coordonnatrice du Programme de développement de la microfinance islamique (Promise) s’est signalée et a rénové celle-ci, au grand bonheur des élèves et du corps enseignant.

L’ex école franco-mouride de la commune de Diourbel a reçu une cure de jouvence. Après les dégâts constatés en septembre dernier, lors des pluies diluviennes, il était temps de refaire quelques travaux de réhabilitation. Mise face à cette réalité, la direction dudit établissement a entrepris des démarches auprès de nombreuses bonnes volontés pour obtenir de l’aide. Et redonner à l’école son attrait d’avant. Si les personnes contactées sont nombreuses, c’est Mme Fatou Diané, la coordination du Programme de développement de la microfinance islamique, qui la première a décidé de leur répondre favorablement.

«Cette année, pendant l’hivernage, plus précisément au mois de septembre, il y a eu des pluies diluviennes qui ont endommagé une partie de l’école. Nous avons eu la pensée d’adresser des correspondances à la hiérarchie, aux autorités administratives et à certains hommes politiques. Et, c’est Fatou Diané qui a été la première à réagir.” Ont fait savoir des sources autorisées au sein de cet établissement. Aussi, la direction de l’établissement a fait savoir que leur vœu était de refaire le mur d’une salle de classe qui s’est effondrée.

«Et, non seulement, elle l’a fait, mais elle a tenu effectivement à repeindre tout l’établissement. Mieux, l’ex directrice de la réglementation et de la supervision des services financiers décentralisés du ministère de l’économie et des finances a réhabilité les toilettes, le portail et fait fabriquer une enseigne panneau pour la devanture de l’école. Nous estimons le coût d’investissement à plus de 2 millions de F CFA» s’est réjoui M. Ndiaye. Aussi, le directeur de l’établissement a lancé un appel aux anciens pensionnaires de l’école Massourang Sourang pour qu’ils apportent leurs soutiens à la construction d’autres salles de classes, afin d’augmenter la capacité d’accueil. « Nous avons une demande très forte. Cette année nous avons un effectif de 775 élèves répartis dans les 13 salles physiques que nous disposons. L’explication est simple, l’école se situe dans le quartier le plus populaire de la capitale du Baol, le Médinatoul » a fait savoir M. Ndiaye.

Il a aussi informé qu’en 2018, il était prévu de construire trois (3) salles de classes mais l’école n’a même pas de cours, donc pas d’espace. La seule solution, c’est la construction en hauteur. Dans ce cadre, le directeur renseigne que la famille du parrain, Massourang Sourang s’est engagée à réhabiliter l’école. Et elle a d’ailleurs envoyé un entrepreneur pour une prospection et leur ambition est de construire des étages. Ça va rompre avec l’architecture mais le saut en vaut la chandelle” a-t-il révélé.

Relevant quelques manquements qui persistent, le responsable de l’école a déploré la vétusté de certains tableaux et le manque de table-bancs. A cela s’ajoute la demande de mise en disposition d’un agent de sécurité de proximité pour faciliter aux élèves la traversée de la route et ainsi réduire les dangers d’accidents. Cette ancienne résidence du secrétaire de Cheikh Ahmadou Bamba, fondateur du mouridisme Baila Thioro est devenue une école depuis 1930. A l’époque, elle s’appelait l’école franco-mouride. En 1996, elle est rebaptisée Massourang Sourang, un illustre notable de Diourbel et se situe au sud-est de la résidence du Cheikh juste après le montage de la vallée appelée « Khour bi ».

775 blouses scolaires offertes aux élèves

Après la coordonnatrice du Programme de développement de la microfinance islamique (Promise), Fatou Diané, le directeur du centre régional des œuvres universitaires de Bambey, Moustapha Guèye est entré dans la danse. Il a offert aux 755 potaches des blouses scolaires d’une valeur de plus 1,5 million de F CFA. Un geste qu’apprécient élèves, administrateurs et parents d’élèves. Élève en classe de CI, Serigne Fallou Bèye s’est réjoui du fait qu’il porte maintenant une blouse comme certains élèves d’autres écoles de la commune. Ancien trésorier du comité de gestion de l’établissement, Babacar Fall a informé que “c’est une première que les élèves de Massourang Sourang portent des blouses et c’est grâce au directeur du Crous de Bambey.” Cependant, il s’est interrogé sur les possibilités de pérenniser le port de blouse dans cette école.

Laisser un commentaire