Ziguinchor: Le Libanais Victorio Charal et trois employés placés sous mandat de dépôt

L’enquête ouverte suite à la mort suspecte  Benjamin Coly, survenu le 6 septembre dernier à l’hôpital régional de Ziguinchor (sud du pays), commence à livrer ses premiers secrets. Les conclusions de l’autopsie effectuée par le médecin légiste ont fait état de « traumatisme cranio-antéphéliques et des lésions au niveau du thorax et à l’abdomen liés aux coups et blessures… ».

Suspecté à l’annonce de la mort du jeune scoop doog, le Libanais Victorio I. Charaf, qui tient une bergerie au quartier de Diabir, avait précipitamment quitté Ziguinchor pour rallier Bignona, informe L’Observateur. Il a été interpellé par la police qui le ramène dans les locaux où il sera rejoint par ses trois présumés acolytes et employés : Dieudonné Badiane, Pape Khalifa Diouf et Lazare Lopy.

Entendu, Victorio dira que le jour des faits, il avait organisé un dîner en l’honneur d’amis et s’était attaché les services du cuisinier, Benjamin Coly. « A la fin du dîner, mes employés sont allés se coucher me laissant seul avec Bejamin Coly».

Il soutient que ce dernier lui a asséné plusieurs coups de poings. « J’ai perdu connaissance et quand j’ai appris qu’il m’a volé 40.000 F Cfa. Il l’a imputé à un voleur qui, selon lui, m’a ensuite mis KO. On s’est bagarré », dit-il.

Il poursuit : « Au cours de la bagarre, j’ai appelé mes employés pour qu’ils corrigent Benjamin. Nous l’avons battu, puis retenu sous un arbre jusqu’à 7 heures du matin ».

Avisés, les proches de la victime venues la chercher, l’ont retrouvé nu et recouverte de boue. « Il ne pouvait ni marcher ni parler. Il avait le visage et les lèvres boursouflés. Il souffrait et son corps était couvert de blessures béantes », ont-ils fait savoir.

Les trois présumés acolytes de Victorio vont jurer n’avoir jamais lever la main sur la victime. Ils soutiennent l’avoir juste conduit chez lui.

La police relève plusieurs incohérences dans leurs allégations. Ils ont été tous placés sous mandat de dépôt.

Laisser un commentaire