Yeumbeul Sud : Une prostituée cambriole ses clients pingres

Yeumbeul Sud

Texte alternatif de la bannière

F. Nd est une belle de nuit bien particulière. Prostituée clandestine, c’est aussi une voleuse. Malheureusement pour elle, elle est tombée à Yeumbeul. F. Nd a été en effet coincée par les hommes du commissaire de police « Diouf-Bauer ».

La fille de joie faisait auparavant l’objet de plusieurs plaintes pour vol de biens matériels et numéraires. Elle attendait que ses clients se retirent sous la douche pour dérober leurs biens.

Elle revient parfois sur ses pas durant la matinée, passe en douce par la fenêtre de la chambre du client en question et chipe ses téléphones portables. Mais à force d’agir de la sorte, elle s’attire la colère ses clients plumés, qui découvrent le manège, organisent la traque et fouillent le secteur des péripatéticiennes.

Malgré la traque lancée par la clientèle lésée, indiquent nos sources, la belle de nuit continue ses rapines et cambriole à deux reprises la chambre du sieur N. D., domicilié à Mbédu Dame Diop de Yeumbeul Sud. Elle passe à chaque fois par la fenêtre de la pièce du bonhomme, qui donne sur la rue, vole ses deux portables, ses 50 mille francs et l’Iphone 7 de la dame M. S, qui avait laissé l’appareil en charge dans la chambre.

Les victimes constatent la disparition de leurs biens et déposent une plainte contre X au commissariat de police de Yeumbeul. Mais ayant pris goût à ses agissements délictuels, la jeune fille revient à la charge, s’introduit à nouveau dans la chambre de N.D. via toujours la fenêtre, et commence à fouiller. C’était la matinée du mardi 14 mars vers 11h. Hélas pour elle,  le jeune garçon la surprend à l’intérieur, se jette sur elle et l’appréhende. Il alerte le voisinage et l’accule de questions.
« Fatou se justifie par le fait que ses clients lui filent 500 ou 100 francs au lieu de 5000 francs la passe »

L’arrestation de la recherchée vendeuse de charmes se répand à la vitesse grand V dans le quartier et suscite la curiosité du voisinage. D’autres victimes se rendent au commissariat, identifient la mise en cause et affirment avoir fait les frais de celle-ci.

Interrogée par le commissaire Diouf-Bauer, elle reconnaît les faits, balance son gang de receleuses et son amant. Elle explique son geste par l’attitude de certains de ses clients véreux, qui ne payent jamais le montant convenu de la passe. « J’ai agi de la sorte à deux reprises dans la chambre de N. D. Car un client m’y avait emmenée pour coucher avec moi. Mais, après la partie de plaisir, il filé un billet de 500 francs au lieu de 5000 francs.

Quant aux autres plaignants domiciliés à Keur Massar et à Pikine Icotaf, que j’ai trouvés au commissariat, le premier nommé, gérant de poulailler, m’avait remis un billet de 1000 francs. J’ai alors chipé son téléphone. Celui de Pikine Icotaf m’avait aussi fait la même chose et je lui ai dérobé son portable J 7 et 48 mille francs. J’ai alors bradé une partie du butin. J’ai acheté une belle robe à C. Nd, 13 ans et offert 20 mille francs, sur les 50 mille que j’ai volés chez Ndongo, à la prostituée surnommée Badiène dite Oumou T, qui m’a hébergée chez elle. J’ai acheté aussi des cadeaux à ma copine Coumba D. et offert la téléphone J 7 à mon amant Kh. Nd, alias Bamba ».


Tout ce beau monde a été placé sous mandat de dépôt. Les victimes ont démenti les allégations de la principale mise en cause F. Nd.

Laisser un commentaire