Vidéo: “Nous Moustarchidines n’avons pas peur de la guerre, parce que un homme ne recule pas”, Serigne Abdoul Aziz Sy

Vidéo: "Nous Moustarchidines n'a

Si les dernières déclarations de Serigne Moustapha Sy, accusant le khalife général des Tidjanes, d’avoir fait tuer Pape Malick Sy continue de faire polémique au Sénégal, celles de Serigne Abdoul Aziz Sy, le cadet de Serigne Moustapha, sont encore plus inquiétantes. Devant l’assistance, cet illustre inconnu de la famille de Serigne Cheikh Tidiane Al Makhtoum a fait savoir que ça fait plus de 30 ans qu’ils sont en préparation. “Parce que celui qui veut la paix prépare la guerre.”

 

Parlant en filigrane, Abdou Aziz Sy a fait savoir que “les vaches ne lui ont pas donné du respect mais les hommes l’ont honoré.” Aussi, lorsqu’il s’est voulu explicite, le marabout a fait savoir que lui et ses compagnons veulent la paix. Mais, ils n’ont pas peur de la guerre. Et cela, ils l’ont démontré depuis plus de 30 ans quand les Moustarchidine Wal Moustarchidatti  avaient été arrêtés avec les événements qui ont conduit à la mort de 6 policiers en février 1994 à Dakar. Après avoir fait face au régime de Abdou Diouf, Abdoul Aziz Sy a fait savoir qu’il a participé au sacre d’Abdoulaye Wade comme il a aidé à celui de Macky Sall en 2012. “Et c’est depuis longtemps que j’ai assisté Macky Sall. De Bamako où je me trouvais, je l’appelais au téléphone, l’ai aidé et l’ai encouragé à la démocratie. Donc celui qui a encouragé quelqu’un depuis qu’il n’a pas de pouvoir ne peut être jaloux de leur pouvoir.”

Mais, pour Abdou Aziz Sy, il faut que les choses soient claires. “Nous n’avons pas peurs de la guerre. Nous voulons simplement la paix. Mais, nous nous ne laisserons pas faire. Un homme ne recule jamais, en temps de guerre.” A déclaré Abdoul Aziz Sy. Pour le cadet de Serigne Abdou Aziz Sy, il faut que le Sénégal travaille pour la paix. Et il ne veut pas que ce soit une paix des hypocrites “sinon ce pays finira dans un bain de sang.” Pour celui qui s’est fait l’invité d’honneur du Gamou 2020 du champ de course, “si les Moustarchidine étaient partis -sans préciser la destination- ce ne serait pas bon pour ce pays. C’est la paix que nous voulons mais nous n’avons pas peur de la guerre.”

Laisser un commentaire