Urgent : les héritiers de feu Serigne Abdou Khadir Mbacké traînent Aliko dangote PDG de la cimenterie Dangoté à la barre

Urgent : les héritiers de feu Serigne Abdou Khadir Mbacké traînent Aliko dangote PDG de la cimenterie Dangoté à la barre

Le Président Directeur général de Dangote, El Hadj Aliko Dangote et trois de ses collaborateurs ont été attraits, hier, à la barre du tribunal correctionnel de Dakar par les héritiers de feu Serigne Abdou Khadir Mbacké. Accusés d’association de malfaiteurs, de vol, d’escroquerie et de faux et usage de faux, les plaignants leur réclament une provision de 5 milliards.

Après plusieurs renvois, l’affaire opposant les héritiers de Serigne Khadir Mbacké à El Hadji Aliko Dangote a été plaidée hier. Le Président Directeur général de Dangote industries limited et trois de ses collaborateurs, notamment Roger Gold Smith, ancien administrateur général de la société et son remplaçant, Lucas  Erik Haelterman ainsi que la secrétaire Astou Mbaye sont visés par la citation directe. Il leur est reproché les délits d’association de malfaiteurs, de vol, d’escroquerie, de faux et usage de faux et d’entrave aux droits d’associés à participer aux assemblées générales. Mais seuls  Lucas  Erik Haelterman et Astou Mbaye ont comparu. Les prévenus sont accusés d’avoir illégalement sorti Serigne Khadir Mbacké, décédé le 10 septembre 2010, de l’actionnariat de la société. Alors que selon ses avocats, il disposait de 10% des parts. Dangote et Cie sont également accusés d’avoir changé la forme sociale de Dangote industrie Sénégal passée d’une société anonyme avec administrateur général, à une société anonyme avec Conseil d’administration. En fait, au cours d’une assemblée générale tenue le 2 mars  2012, l’entreprise est renommée Dangote Cement Sénégal. Face aux juges, les deux prévenus ont contesté les faits. Mme Mbaye a déclaré qu’elle a été convoquée exceptionnellement pour prendre le procès-verbal de l’Ag. Quant à Lucas, il a expliqué que l’augmentation du capital en 2017 se justifie par une perte de 110 milliards subie par l’entreprise. Il a ajouté que ceci a été bel et bien notifié aux héritiers. Entendu, l’administrateur séquestre, Abdoulaye Diouf, a laissé entendre qu’il n’a été convoqué que lorsqu’ils ont décidé de ratifier le protocole de 2012 qui consacrait une géographie du capital. « Je n’ai pas vu d’injection de fond ni distribution de dividendes aux héritiers », a-t-il confié tout en précisant qu’auparavant, Dangote lui avait fait croire qu’il ne connaissait pas Khadir Mbacké. Ainsi, pour les conseils de la famille Mbacké, les faits sont établis. « L’escroquerie a commencé par le changement de nom et la fraude réside dans l’Ag de l’augmentation du capital », a asséné Me Mbaye Dieng. Me Ousmane Sèye a souligné que « les prévenus sont des malfaiteurs à col blanc puisqu’ils ont augmenté le capital social et réduit le capital des héritiers ». C’est pourquoi, Me Baboucar Cissé a réclamé une provision de 5 milliards de FCfa pour ses clients. Ceci, en attendant qu’une expertise soit faite pour l’évaluation de la gestion de la société Dangote Cement Sénégal de 2010 à 2017 avec un inventaire des engagements pris. Mais également l’évaluation du patrimoine de l’entreprise. Le parquet a requis l’application de la loi et pour la défense, les prévenus doivent être tout simplement relaxés. Selon Me Boisseau, Dangote est actionnaire majoritaire et il a tout financé et que les héritiers de Khadir Mbacké n’ont jamais été lésés. Considérant que cette procédure est abusive, Me François Sarr et ses confrères réclament, au titre de demande reconventionnelle, la somme de 1,5 milliard de FCfa, soit 750 millions de FCfa pour chacun des deux prévenus comparant. La défense avait également soulevé une exception de nullité au motif que l’affaire est déjà pendante devant le juge d’instruction et que le tribunal a déjà eu à ordonner le sursis à statuer. Mais, d’après Me Sèye, ils se sont déjà désistés de l’action évoquée. Le juge a joint les exceptions au fond et rendra sa décision le jour du délibéré, fixé au 19 novembre prochain.

Laisser un commentaire