Urgent: Après leur remise en liberté, 14 manifestants de Diaobé déférés et placés en détention à Kolda

C’est un nouveau rebondissement dans l’affaire Ousmane Sonko-Adji Sarr, la masseuse qui accuse le président de Pastef de «viols multiples» et «menaces de mort.» Alors que l’on croyait souffler un vent de décrispation sur le Sénégal avec la libération à Dakar, notamment, des leaders de la contestation née du complot d’Adji Sarr et de Mamour Diallo, un courant d’air s’est fait sentir ce mardi soir à Diaobé-Kabendou, dans le sud du Sénégal, dans la région de Kolda.

A en croire des sources locales de Kéwoulo, “des convocations du tribunal avaient été envoyées à 14 jeunes de la commune. Et ils devaient venir répondre, ce mardi, à la brigade de gendarmerie de Diaobé.” Reçus ce matin par le commandant Babacar Moussa Diallo, les 14 jeunes convoqués ont appris qu’ils devaient aller répondre au président du tribunal départemental de Vélingara. Sur place à Vélingara, les 14 jeunes ont appris qu’ils font, désormais, l’objet d’une arrestation. Aussitôt arrêtés, ils ont été présentés au parquet de Vélingara qui leur a notifié sa décision de les placer sous mandat de dépôt, à Kolda. Pour rappel, après Bignona, Diaobé-Kabendou est la ville la plus meurtrie par ces manifestions née de l’affaire Adji Sarr VS Ousmane Sonko. Deux jeunes de cette commune avaient trouvé la mort suite à l’attaque et le saccage de la brigade locale de gendarmerie: atteint par balle, l’un est mort sur place ; l’autre plus tard à l’hôpital.

Avant d’en arriver à ces placements en détention, ces mêmes jeunes, soupçonnés par le commandant d’avoir pris part aux manifestations du 6 mars, avaient été interpellés dans la nuit 7 mars, cueillis chez eux par des gendarmes renforcé par des militaires venus d’autres unités de la région. “Ils ont pris des gens sans mandat et les ont conduits dans la brigade de gendarmerie de Diaobé-Kabendou.” Ont confié des sources locales. Là-bas, dans ce qui reste de la brigade, des témoignages recueillis par Kewoulo, ont soutenu que «l’adjudant Babacar Moussa Diallo et ses hommes ont infligé de cruels sévices corporels à leurs détenus. Et les marques de leurs blessures ont été immortalisées.» 

Après les avoir torturés, les gendarmes les ont déférés au parquet de Vélingara. Et, c’est la bas que le procureur a décidé de les remettre en liberté, après s’être rendu compte que ces personnes avaient subi, à Vélingara aussi, des actes de maltraitance” ont rapporté des témoins sur place. Informé de cette situation, de nombreuses organisations des droits de l’homme s’étaient fait entendre sur le sujet. Et Amnesty International s’était saisie du dossier. A en croire de nombreux témoignages recueillis par Kéwoulo, “c’est pour venger sa brigade saccagée par des jeunes qui ne l’ont jamais porté dans leur cœur, à cause de ses agissements à leur encontre; mais aussi parce que le CB soupçonnerait certains jeunes d’avoir volé des affaires qui lui appartiendraient qu’il a organisé cette mission punitive qui s’est soldée par des exactions extra judiciaires”.

A en croire de nombreuses sources locales, “c’est pour permettre aux plaies causées par les tortures de cicatriser loin des yeux du tribunal que le parquet avait décidé de libérer ces jeunes, au lendemain de leur arrestation au-delà même des heures légales.” En son temps, alors que les gendarmes étaient sûrs que les jeunes prendraient le maximum de la peine prévue, le procureur avait surpris tout le monde en décidant de les remettre en liberté, avec l’obligation de rester à la disposition de la justice. C’est pour permettre à la justice de se pencher sur leur sort que le maitre des poursuites a décidé de les faire venir ce 30 mars. A noter qu’en plus de ces 14 jeunes de Diaobé Kabendou, 4 autres jeunes de Ziguinchor sont encore en détention à la maison d’arrêt de et de correction de la capitale de la Casamance.

Laisser un commentaire