Tuerie de Boffa: Le juge d’instruction a enfin commencé les auditions des « présumés complices des meurtres »

C’est une exclusivité Kewoulo. Après plus de deux années de léthargie pendant lesquelles seules 6 personnes ont été entendues par son cabinet, le juge d’instruction, chargé du dossier de la tuerie de la foret des Bayottes, a entamé ses auditions. Premier client à être passé au grill du magistrat instructeur, Jean Baptiste Badji, un marginalisé de la société et mal aimé de sa famille. Portrait d’un ancien militaire au parcours plus que cahoteux…

Natif de Bourofaye, Jean Baptiste Badji est le fils de Agnégni Badji, l’un des premiers habitants de Bourofaye Diola. Il est aussi et surtout le jeune frère de Maurice Badji, le chef du village de Bourofaye Diola, l’homme qui, le premier, a parlé de l’existence d’une réunion organisée dans son village pour aller « punir » les coupeurs de bois. Frère d’un délateur pris à son propre piège, l’homme qui a fait face au juge instructeur, Augustin Diouf, est un parent très proche du présumé « cerveau » de la tuerie de la foret des Bayottes, René Capain Bassène. De tous les enfants de Agnégni, Jean-Baptiste est celui qui a le plus fait parler de lui. « Peu ambitieux, paresseux et détestant surtout les travaux champêtres, de surcroît voleur insatiable« , la brebis galeuse des enfants d’Agnégni a toujours eu maille à partir avec la justice. « C’est un ancien militaire recherché pendant de longues années pour désertion. Et il a, aussi, été arrêté en de nombreuses reprises pour vols« , soutient-on à Bourofaye.

Mais, alors que ses parents nourrissaient peu d’espoir de le voir revenir sur le droit chemin, Jean-Baptiste a subitement retrouvé la voie de la respectabilité grâce à une femme. Et est allé s’installer loin de la maison familiale, son fief, là où les démons de la tentation lui ont toujours fait la cour. « Il vivait tranquillement avec sa femme, une musulmane« , a témoigné Sadia Simbiane Bassène, le fils adoptif de Maurice. Si le fils d’emprunt ne connait aucun antagonisme entre son père adoptif et son oncle, les habitants de Bourofaye Diola, par contre, croient qu’une haine viscérale existe entre ces deux frères.

« C’est liée à l’exploitation des terres dont ils ont héritées. Mais, aussi et surtout à la décision de Jean-Baptiste de se convertir à l’islam, pour suivre sa femme. » Croit-on savoir à Bourofaye. De Jean-Baptiste, le compagnon du Christ, le frère du chef Maurice Badji est devenu Alioune Badara. « Et ce changement de religion a été perçu comme une trahison par Maurice Badji et par le reste de la famille. » Reconnait-on publiquement dans le village. S’il n’y avait que ces faits, seulement, qui opposent Jean-Baptiste Badji à son aîné, on trouverait que c’est très léger comme arguments pour expliquer la guerre fratricide des Badji. Mais, il se trouve que, comme tous les hommes des villages situés sur la Route Nationale N°4, Jean-Baptiste était, ce fameux soir du 6 janvier 2018, venu s’enquérir de la situation des corps récupérés dans la forêt des Bayottes.


Et quand il a découvert l’horreur, il a aussitôt appelé René Capain Bassène, son neveu, le seul membre de la famille à s’être spécialisé sur la question de la crise casamançaise. « Il m’a appelé pour me demander de venir constater le drame annoncé par la radio. Mais, je ne me suis jamais déplacé pour venir constater les faits« , a déclaré René Capain Bassène aux enquêteurs. Contrairement à sa relation avec son frère Maurice, Jean Baptiste nourrissait beaucoup d’estimes à l’endroit de son neveu René. « De tout Bourofaye, il était celui qui était le plus assidu chez nous. A chaque fois qu’il avait des soucis d’argent, c’est vers René qu’il venait. Et c’est aussi lui, Jean Baptiste qui me vendait du charbon de bois« , a déclaré l’épouse de René.

« D’ailleurs, a poursuivi l’épouse du présumé cerveau des tueries de la foret des Bayottes, quand les gendarmes sont venus taper à notre porte, vers 3 heures du matin, pour arrêter René, -ce fameux 14 janvier 2018- c’est à lui que nous avons pensé, parce que souvent il venait tôt nous livrer des sacs de charbons de bois. » S’il n’était pas l’auteur du tambourinement du portail des Bassène en cette fatidique nuit du 14, c’est tôt le matin que Jean-Baptiste s’est pointé chez René pour l’informer que leur chef, Maurice Badji, avait été arrêté la veille. « Nous lui avons, à notre tour annoncé l’arrestation de René, dans la nuit. Et il était visiblement très affecté et perdu. Alors que nous l’avions soupçonné d’y être pour quelque chose dans l’arrestation de René, on a pris conscience de son innocence quand il s’est retrouvé, avec lui, en prison. » A soutenu un des frères de René Capain Bassène.

Ce que la famille de René ignorait, à ce moment précis, c’est que le 13 janvier dans l’après midi, les gendarmes ont obtenu de Maurice Badji un procès verbal de réunion, tenue le 3 janvier. « Et, à en croire Maurice Badji, c’est au cours de cette réunion que les tueries de la foret des Bayottes ont été planifiées. » Après avoir donné ce document qui l’incrimine -même s’il a déclaré n’avoir jamais pris part à cette fumeuse réunion-, « c’est, à en croire François Bassène, Maurice Badji qui a conduit les gendarmes chez René, à Kandjalan. Et quand ils ont menotté et bandé les yeux de René, c’est aussi vers notre oncle, Maurice Badji, que les hommes du colonel Issa Diack l’ont conduit, pour son identification. Parce que, pour eux, René Capain, c’est un gros gaillard, un gars musclé et très dangereux. Ils ont été surpris de se retrouver devant un gosse de rien du tout, un gringalet, incapable de réunir ne seraient-ce que les membres de sa famille pour commettre un crime. »

Sans chercher à se compliquer la tache, les gendarmes qui se sont basés sur cette fameuse liste n’ont perdu du temps pour mettre le grappin sur toutes les personnes dont les noms figurent sur le document. Et lorsque celui de Jean-Baptiste Badji a été découvert sur la fameuse liste de cette fumeuse réunion du 3 janvier 2018 (puisque personne ne se souvient qu’une telle rencontre ait eu lieu à Bourofaye, NDLR), les enquêteurs ont décidé qu’ils étaient sur la bonne voie. Et ont pensé avoir suffisamment d’indices concordants de nature à motiver son déferrement et son inculpation par les magistrats. Après Jean-Baptiste Badji, c’est Fodé Mady Tall, dit Vieux Tall qui a fait face au juge enquêteur. Ce dernier, comme Jean-Baptiste, Mamadou Lamine Sagna dit Dou et René Capain Bassène sont originaires de Bourofaye Diola. Tous ces 3 derniers sus-cités n’ont, depuis deux ans, jamais fait face à un juge d’instruction. Ils n’ont, aussi, jamais bénéficié de l’assistance d’un avocat, pendant leur garde-à-vue, comme le recommande l’article 5 du règlement de l’Uemoa qui exige la présence d’un avocat « dès les premières heures de la garde à vue d’un accusé. »

Bizarrement, c’est le nom de Fodé Mady Tall, dit Vieux Tall, qui arrive tout juste après celui de Jean-Baptiste sur cette terrifiante liste rouge. Et, à tous ces gens qui se sont retrouvés sur sa funeste liste de 10 personnes, Maurice Badji a déjà demandé pardon. « En 2018, devant le juge Benjelloun qui instruisait le dossier, il s’était rétracté. Et, il avait déclaré que tout ce qu’il avait dit était faux, qu’il avait été manipulé par (…) Il a déclaré que René Capain n’était nullement impliqué dans ces meurtres, et que lui, Maurice, comme toutes les 10 personnes qu’il avait citées n’en savaient rien. » A confié, à Kewoulo, une source proche du dossier. « Et, tout le monde, en son temps, avait pensé qu’il cherchait à protéger son neveu, René. Mais, au vu des éléments de l’enquête préliminaire, et à défaut d’éléments solides compromettants obtenus par l’instruction, ça sera très difficile de ne pas tenir compte de la fragilité du dossier d’accusation. » Reconnait-on platement.

Laisser un commentaire