Tuerie de Boffa Bayotte: La gendarmerie brise le silence et confirme l’enquête de Kewoulo

Tuerie de Boffa Bayotte: La gendarmerie

COMMUNIQUE DE LA GENDARMERIE NATIONALE

Le samedi 06 janvier 2018, un groupe de plus d’une vingtaine de coupeurs de bois a été pris à partie par des assaillants armés, dans la forêt de Bayotte Est. Cette attaque occasionnera, à l’état actuel des connaissances, 14 morts constatés et 07 blessés. Trois personnes réussiront à s’échapper indemnes.

Dès les premiers instants de l’annonce de la nouvelle, la Légion de Gendarmerie Sud a pris toutes les dispositions pour se déployer dans la zone de l’incident, en même temps que les sapeurs-pompiers. Immédiatement une enquête a été ouverte pour comprendre ce qui s’est passé.

Des premières auditions des témoins et constatations sur les décédés, il ressort que les victimes sont tombées dans une embuscade tendue depuis les premières heures du 06 janvier 2018. Elles ont été ainsi regroupées, couchées par terre et sauvagement exécutées. L’identification des victimes par les gendarmes a permis d’établir le bilan cité supra. Tous les blessés en mesure d’être entendus ont été auditionnés, de même que les parents des victimes décédées.

Vue la gravité et la sensibilité des faits, le Haut Commandement de la Gendarmerie nationale a déployé la Section de recherches de Dakar pour appuyer les enquêteurs de la Légion Sud. Un médecin légiste a été requis à l’hôpital le Dantec de Dakar pour procéder à l’autopsie des corps sans vie. Le résultat a permis de déterminer formellement les causes de la mort, les conditions dans lesquelles les victimes ont été exécutées, le calibre et le type d’armes utilisés.

Les investigations en cours ont permis d’identifier des pistes intéressantes qui ont favorisé, à ce jour, l’interpellation de 22 personnes, toutes de nationalité sénégalaise.

Cette opération d’interpellation s’inscrit dans le cadre de l’enquête judiciaire en cours. Elle a été menée sous la houlette de la légion de Gendarmerie Sud, par la Section de recherches appuyée par le Groupement d’intervention de la Gendarmerie nationale (GIGN) et la Légion de Gendarmerie d’Intervention (LGI), déployées à Ziguinchor la veille, par voie aérienne. Les unités de l’armée nationale, en manœuvre dans la zone, ont soutenu le bon déroulement de l’opération.

Les investigations se poursuivent pour faire la lumière sur cet ignoble massacre.

 

DIVISION COMMUNICATION DE LA GENDARMERIE NATIONALE

A Ziguinchor, le 14 janvier 2018

1 COMMENTAIRE

  1. Bientot ce sera des arrestations arbitraires,les vrais coupables se promenent tranquillement dans la nature.J’etais eleve en casamance du temps de la grande crise (années 80 a 95 ) ou beaucoup d’innocents ont été arrêtés dans les villes et villages,certains ont meme disparu depuis lors,donc attention aux arrestations,ne faites pas n’importe quoi.

Laisser un commentaire