Sur les traces de Seneporno: La police a arrêté un étudiant et traque des journalistes

L’affaire évoquée pour la première fois par kewoulo.info et qui impliquait des journalistes dans le traitement et la diffusion de films pornographiques et de données informatiques à caractère personnel a connu des rebondissements, cette semaine. En effet, un étudiant du nom de Abdoul Thiam a été arrêté et déféré, hier, pour avoir filmé des femmes à leur insu et vendu des images pornographiques au site Sénéporno entre 100.000 F CFA et 110.000 F CFA.

Ce sont plusieurs plaintes qui ont poussé les policiers à agir et à cueillir un étudiant de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar. Placé sous le régime de la garde-à-vue à la Division spéciale de lutte contre la cybercriminalité, Abdoul Thiam, qui était de connivence avec un autre étudiant du nom d’Abdou Sall Cissé, a été déféré au parquet, ce lundi, et écroué. Ces deux futurs cadres du pays ont servi de fournisseurs de films porno de femmes sénégalaises au site Sénéporno.

A l’issue de l’enquête ouverte par les policiers chargés de la lutte contre la cybercriminalité, il est ressorti que Abdoul Thiam trompait ses victimes à qui il se présentait comme un homme fortuné qui voulait les épouser. Ainsi, il ne manquait pas de leur promettre une vie de couple que son statut de riche lui permettrait. Et, c’est fort de ce statut qu’il demandait à ces cibles -estimées à une trentaine de femmes- de se mettre nue devant des caméras et de faire des attouchements et autres scènes obscènes.

Ce que certaines de ces femmes ignoraient, c’est que leur prétendant, de l’autre coté de l’écran, les filmait pour ensuite vendre les vidéos à un site pornographique installé hors du Sénégal: Sénéporno, puisque c’est de lui qu’il s’agit, lui transmettait via un intermédiaire des sommes variant entre 100.000 F CFA à 150.000 F CFA selon la qualité des films.

Au nombre de trente, les victimes, dont « la sœur » d’une journaliste, ont découvert ou appris par des proches l’existence de leurs vidéos sur des sites porno. Cette nouvelle affaire impliquant Sénéporno touche directement le milieu médiatique: des résultats de l’enquête ouverte par la Division de Cyber criminalité, ancêtre de la Brigade Spéciale dirigée par le commissaire Seynabou Fall, certains « journalistes » cités dans les auditions entretiendraient des relations étroites avec ce site porno Made in Sénégal.

Cette histoire de diffusion et de partage de films pornographiques n’a pas encore connu son épilogue. Pour rappel, le premier gros scandale porno évoqué par Kewoulo.info est parti de l’audition de Cheikh Amidou Kane Cacha, de Mamadou Ndiaye de Dakarposte et de 5 journalistes et techniciens de Seneweb. Cité dans « l’affaire de chantage contre Mme Mangara » par une de ses copines, Ndèye Aminata Dièye, Cheikh Amidou qui est un As de la cybercriminalité avait mouillé tout le monde.

Et le dossier qui a atterri sur la table du Procureur est toujours en suspens. De leur côté, de mauvaises langues disent qu’un gros lobbying est exercé en haut d’en haut pour étouffer le dossier. Dans l’autre volet du même dossier « Birima Mangara », le procès en diffamation intenté par Mme Mangara, Ndèye Maty Fall, contre le journaliste Mamadou Édouard Ndiaye a été reporté au 21 Décembre prochain. Cette fois ci, c’est Édouard Ndiaye qui a demandé un report: il devait, le 7 décembre dernier, se rendre à l’inauguration de l’AIBD.

Laisser un commentaire