Société: Pour ou contre la peine de mort, le débat passionne les Sénégalais

Société: Pour ou contre la peine

Texte alternatif de la bannière

Les durs événements tragiques vécus ces derniers temps et qui n’ont pas fini d’émouvoir le pays dans son entièreté ont installé une division au sein de la population sénégalaise. Pour rappel, une recrudescence de la violence souvent meurtrière et à la limite injustifiée à choqué plus d’un à telle enseigne que le débat sur la peine de mort s’est installé.

La peine de mort, ou peine capitale, est une peine prévue par la loi consistant à exécuter une personne ayant été reconnue coupable d’une faute qualifiée de «crime capital». La sentence est prononcée par l’institution judiciaire à l’issue d’un procès. »Oui pour le retour de la peine de mort  » s’indigne cet homme rencontré dans le bus. Quinquagénaire certainement, sa voix tonitruante pénétrait les passagers tous anxieux. « Je suis en phase avec toi » rétorqua une femme aux formes généreuses assise derrière le chauffeur. 

Les prises de paroles fusent de partout. Certains, à l’image des bouchers sadiques du génocide rwandais proposent la pendaison, la lapidation, l’amputation pure et simple des membres supérieures voir même du pénis d’éventuels violeurs. Inutile de vous dire que ce fut chaud en émotions. Avant ma descente de bus,je me permis d’écouter le sermons de cette autre personne qui invoque la charia pour régler certaines dérives de la société sénégalaise.

Favorables à la peine de mort, les voyageurs avec qui j’ai partagé le trajet l’étaient dans leur majorité. Quand aux modes d’exécutions, c’est l’absence totale de consensus. Ce qui semble manifeste et tangible, aux yeux de tous, c’est cet indifférence accrue des pouvoirs publics. Malgré la pertinence de la question, ces derniers brillent par leur refus de se prononcer sur la question. Pendant ce temps, ils sont préoccupés par le dialogue politique qui est porté au devant de la scène au détriment des questions d’intérêt général.

En tout état de cause, si le retour de la peine de mort devenait une réalité au Sénégal, aurait-elle vraiment un impact sur la baisse du taux de criminalité comme le pensent certains ? Y’aurait il des volontaires prêt à exceller dans ce travail inhumain pour rendre justice en tuant ? L’avenir proche nous le dira certainement. Inutile d’épiloguer mais en attendant des changements d’attitudes profonds doivent s’opérer. Les sociologues ont l’obligation encore une fois d’apporter réponse à ce cycle infernal de barbarie jamais égalée car aucune fin ne justifie certains moyens.

Laisser un commentaire