Société: L’histoire de Awa Diop, qui a failli être égorgée par son mari

Société: L’histoire de Awa Diop, qui a failli

Le mariage entre Awa Diop et son époux Mamadou Seydou Diallo s’est terminée avant même que le divorce ne soit prononcé. En effet, l’histoire a ému plus d’un, après que Seydou Diallo a charcuté sa femme à la suite d’une banale histoire de couple. Les faits se sont déroulés dans la nuit du dimanche vers 23 heures, au quartier Liberté 6.

Au début de cette histoire, Leral avait relaté les faits en se limitant à informer que la femme a été gravement blessée par son mari, mais à la suite de cet évènement, le voile a été levé et la réalité est que Seydou Diallo a tout bonnement voulu égorger sa femme Awa Diop. Pis, cette atrocité s’est déroulée dans la propre maison de la victime, puisque cette dernière avait hébergé son mari dans la maison familiale.

« J’étais sorti le vendredi 22 décembre pour rendre visite à la famille de mon frère et c’est mon mari qui devait me ramener. Ce qu’il n’a pas fait. Il est allé dire à ma maman qu’il se rendait chez mon frère pour me ramener à la maison. Pendant ce temps, j’étais déjà sur le chemin du retour. En descendant les escaliers, nous nous sommes rencontrés et il m’a donné un coup d’épaule. Je suis tombée. Il n’a même pas pris le temps de voir comment j’allais. Il est descendu et, est parti.

Il n’est revenu que le lendemain, toujours très fâché contre moi, sans que j’en sache la raison. Une fois dans la chambre, je constate qu’il a fermé la chambre et a mis les clés dans sa poche. D’un geste brusque, il sort une bouteille du frigo, la brise et en prend un tesson pour se ruer sur moi. Il a tenté de m’égorger mais heureusement j’ai serré mes mains autour de mon cou. Il m’a donné des coups de tesson au niveau du ventre, il a charcute mes mains avec le tesson », raconte-t-elle à L’Observateur ,qui l’a trouvée dans son lit, la tête rasée, les mains bandées avec d’autres bandages sur des parties du corps.

Tel un meurtrier professionnel, Seydou Diallo s’était sectionné les nerfs avant de se rendre à l’hôpital de Grand Yoff pour simuler une agression. Ironie du sort, il croise le frère et le voisin de la victime qui l’ont appréhendé avant de porter plainte au commissariat de Dieuppeul. Arrêté et placé sous surveillance judiciaire, il a fini par échapper à la vigilance des policiers avant de disparaître dans la nature. Une action que la famille de la victime n’arrive pas à supporter. « Nous dénonçons la négligence de la police qui ont pratiquement laisse s’échappé le malfaiteur. Si nous le voyons, nous lui ferons vivre le même châtiment qu’il a fait à notre sœur » , jure-t-elle.

Ndèye R. Thiane

Avec Leral

Laisser un commentaire