Société: A Saly-Portudal, le ramadan n’empêche pas de profiter des plages et de ses nymphes

Société: A Saly-Portudal, le ramadan n’empêche

Texte alternatif de la bannière

Dix-sept heure, sous un soleil à peine brûlant, tel un mot d’ordre donné aux humains, la plage d’Obama Beach est envahie par une foule de plus en plus immense cherchant à passer le temps sur ses abords. Ici, nous sur l’une des plus belle plages de la petite côte, à Saly Portudal. Et en cet après midi de ce mois de ramadan, la plage baigne dans une ambiance qui contraste avec les recommandations de retenues et de chasteté dictées par l’islam.

Dans cette cité balnéaires de la petite sénégalaise, on se croirait plutôt dans les îles du Caraïbes. Sous un soleil ardent, touristes venus d’Europe -pour la plupart à la recherche de soleil- se disputent l’endroit aux populations autochtone les délices qu’offre dame nature. Et tout cela sous une ambiance festive: de la musique de Bob Marley en passant par l’Afro Pop, aucune privation pour les mélomanes assis à même le sable.

L’ambiance à Saly est toujours intense même si l’on constate une diminution des activités touristiques en ce moi de ramadan. Birane, un responsable de l’ordre et de la sécurité d’un hôtel reste toujours attentif et vigilant, n’hésitant pas à éloigner les petits vendeurs ambulants. « Ils perturbent souvent les touristes en quête de tranquillité » dit il.

Ici, des jeunes férus de sports s’activent. Certains, adeptes de culturisme s’exercent dans la musculation tandis que d’autres, plus majoritaires, jouent au foot. Le ramadan n’a pas changé grand chose dans ce semblant de paradis terrestre. La démarche aguicheuse, Gisèle, une jeune sénégalaise bon teint, dans sa tenue sexy pour ne pas dire provocatrice, n’hésite pas avec ses amies de savourer le moment présent. Entre sourires et selfies, elle et ses amies offrent un spectacle digne de carnaval.


Laisser un commentaire