“Si la plainte vise X, personne n’a le droit de lever l’immunité Sonko”, affirme Me Babou

La procédure de levée de l’immunité parlementaire du député Ousmane Sonko à cause de l’affaire Adja Sarr sous une plainte du procureur qui vise X ne tient pas debout, selon l’avocat Me Babou. Dans son optique, la robe noire estime peu orthodoxe la procédure que doivent voter les membres de la commission du ad hoc à l’endroit du mis en cause, Ousmane Sonko.

L’accusation de Adji Sarr, qui porte préjudice à l’immunité parlementaire de Ousmane Sonko est sans soubassement, d’après Me Babou. Poursuivant son idée, il soutient que les effets escomptés pouvant faire objet de la procédure de la commission des membres du Comité ad hoc ne sont pas à l’ordre dans la mesure où la plainte de la masseuse de « Sweet Beauty » vise X.

Dans ses propos, l’avocat estime dans les colonnes de L’As que « si la plainte vise X, dans ce cas, personne n’a le droit de lever l’immunité parlementaire d’Ousmane Sonko. C’est parce que uniquement le député du peuple Sonko est incriminé dans cette affaire, que le processus visant à lever son immunité parlementaire a été enclenché ».

L’ancien député de l’Alliance des Forces de Progrès (AFP) a ainsi fait savoir que le leader de ‘’Pastef’’ devrait être accusé directement ou personnellement de quelque chose, avant que le procureur ne sollicite de lever son immunité parlementaire à l’Assemblée Nationale. « Dans ce cas, s’imposent deux schémas, soit l’orientation du dossier vers une enquête préliminaire ou bien vers le flagrant délit », dixit Me Abdoulaye Babou.

Dans le développement de son argumentaire l’avocat insiste toujours sur le fait que la levée de l’immunitaire parlementaire du député Ousmane Sonko est injuste d’après une plainte qui vise X dans l’affaire d’Adji Sarr.

Laisser un commentaire