Le rappeur ne comprend pas: Maître Gims n’ar­rive pas à obte­nir la natio­na­lité française

Le rappeur ne comprend pas: Maître Gims

Dans l’émis­sion d’Eu­rope 1, En balade avec, Maître Gims s’est confié au micro de Nikos Alia­gas concer­nant ses diffi­cul­tés pour obte­nir la natio­na­lité française.

« Je ne suis toujours pas Français, Nikos ». C’est par cet aveu déchi­rant que Maître Gims a démarré son entre­tien avec Nikos Alia­gas dans l’émis­sion En balade avec. Dans un premier extrait diffusé sur le site d’Europe 1, le rappeur a évoqué ses diffi­cul­tés pour obte­nir la natio­na­lité française. Né à Kinshasa en Répu­blique démo­cra­tique du Congo, Gandhi Djuna de son vrai nom est pour­tant arrivé en France quand il avait 2 ans et demi. Il y est depuis devenu une star de la chan­son avec son groupe Sexion d’As­saut, avant de pour­suivre une belle carrière en solo.

Mais malgré sa noto­riété, Maître Gims se heurte au refus de l’ad­mi­nis­tra­tion française, comme il l’a expliqué à l’ani­ma­teur de The Voice. Le chan­teur de Bella s’est ainsi confié sur une « première demande » pour acqué­rir la natio­na­lité française, faite « il n’y a pas long­temps » et qui lui a été « refu­sée » sans raison : « Je n’ai pas compris pourquoi, je ne sais pas. Je me suis dit que parce qu’un jour j’avais fait un plateau télé où j’ai dit que “Oui, c’est bon, je vais avoir mes papiers”, je crois que ça les a vexés ».

Si le musi­cien cherche aujourd’­hui les raisons de ce refus, c’est parce qu’il a tout fait dans les règles et que son dossier était « béton » : « J’ai fait ma demande, ils m’ont fait faire des cours, j’ai dû passer un test de français ». Un test « à la limite de l’humi­lia­tion », a noté Nikos Alia­gas, lors duquel le rappeur a notam­ment dû donner le nom d’un réfri­gé­ra­teur ou d’un four micro-onde. Pour Maître Gims, c’était « impor­tant de le faire parce que c’est la loi, on reproche aux artistes à chaque fois d’être au dessus des lois ».

Aujourd’­hui, Maître Gims ne sait pas quoi faire de plus pour obte­nir la natio­na­lité. Alors, face à un Nikos Alia­gas compa­tis­sant, le rappeur a crié son amour à la France : « Je me sens Français, je chante en français, je m’ex­prime en français, j’adore la langue française, je suis ambas­sa­deur de la langue française dans le monde mais on m’a refusé la natio­na­lité, qu’est-ce que tu veux que je fasse, Nikos ? »

Laisser un commentaire