Procès en appel de Khalifa Sall : la déclaration du maire de la capitale attendue aujourd’hui

Procès en appel de Khalifa Sall : le déclaration du maire de la capitale attendue aujourd'hui

Le procès en appel du maire de la capitale suit son cours. Hier, lors du procès, les deux receveurs-percepteurs municipaux Mamadou Omar Bocoum et Ibrahima Traoré entendus ont chargé le maire de Dakar. A les croire, ce dernier encaissait les 30 millions à la place du gérant de la caisse, Mbaye Touré.

« Je remettais les 30 millions de francs Cfa au gérant de la caisse Mbaye Touré. Il était le seul habilité à recevoir ce montant. Je dois également dire que ces fonds logés à la caisse d’avance n’étaient pas des fonds politiques », a dit Mamadou Omar Bocoum.

Sur la question de savoir est-ce qu’il savait que les pièces justificatives étaient fausses, il a rétorqué : « je ne savais pas que les pièces justificatives qui m’ont été produites au moment des paiements étaient fausses. Quand je payais les 30 millions de francs Cfa, aucun élément ne pouvait me permettre de savoir que les pièces étaient fausses. C’est pendant le procès en première instance que j’ai su que les factures étaient fausses ».

Entendu par la même occasion, Ibrahima Touré a renseigné qu’il est inspecteur du trésor et les faits qui le concernent ont commencé à partir du 22 juillet 2015. « Mon rôle était de collecter les ressources au nom de la ville de Dakar et de procéder au paiement. L’ordonnateur des dépenses de la mairie de Dakar, en l’occurrence Khalifa Sall, ne peut pas manipuler des fonds. Par rapport à la législation, il ne peut pas manipuler des fonds. J’ai payé les dépenses relatives à la caisse d’avance. Je n’ai jamais su que les fonds étaient des fonds politiques », a-t-expliqué.

Invitée à prendre la parole, la prévenue Fatou Traoré a soutenu qu’elle ne va pas parler en l’absence de ses défenseurs. Suite au boycott de ses avocats, le maire de la ville de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, a souhaité prendre la parole. Mais, précise-t-il, c’est pour faire une déclaration. Le Président Demba Kandji ne s’y est pas opposé.

Cependant, il a demandé à l’édile de Dakar d’attendre jusqu’à… aujourd’hui, pour faire sa déclaration. Parce que pour faute de climatisation, nous dit le premier Président de la Cour d’appel, il y’a une forte chaleur qui est ressentie dans la salle. C’est la raison pour laquelle l’audience a été suspendue jusqu’à ce jeudi, le temps de réparer la climatisation.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire