Portrait: Adja Absa Cissé, la calebasse en bandoulière pour vendre les Saveurs culinaires du Sénégal

Portrait: Adja Absa Cissé, la calebasse

 Pionnière dans l’exportation de la gastronomie sénégalaise hors de nos frontières, Adja Absa Cissé Lo est une sexagénaire qui a passé la moitié de sa vie en France. Cette mère poule qui compte des « dizaines d’enfants » s’est découvert, il y a une quinzaine d’année, une nouvelle mission: elle doit faire découvrir la cuisine sénégalaise aux occidentaux comme à d’autres cultures afro-caribéines et même asiatiques. Et depuis lors, mère « Saveurs du Sénégal » arpente sentiers  de festivals d’été, salons feutrés des grandes organisations internationales comme les allées de stands dans les plus prestigieuses foires de France. Portrait d’une ambassadrice infatigable de la culture sénégalaise.

Présentes à tous les grands rendez-vous culturels organisés en France, les Saveurs du Sénégal sont désormais un partenaire incontournable de toutes les rencontres culturelles organisées dans la capitale mondiale de la gastronomie. Alors que rien ne la prédestinait à une vie de cuistot, Adja Absa Cissé qui avait au cours de ses 25 ans de séjour en France travaillé dans de nombreux domaines, a, en cette année 2003, subitement senti le besoin de se mettre à son compte. « Le social a toujours été ce qui l’a attiré« , ont témoigné tous ceux qui l’ont connu.

« Mère de substitution » pour les étudiants sénégalais en France, Yayou Daara pour les fidèles musulmans et « conseillère » pour jeunes couples en manque de repères tutélaires, Mère Absa devenue malgré elle une médiatrice sociale dans le 17eme arrondissement de Paris a décidé, en 2004, de créer son business : un stand au cœur du marché des Batignolles. Sur les stands, elle propose tous ces délicieux mets que, jeune, sa maman, mère Ndoungou Fall concoctait généreusement pour ses enfants. « C’est à la maison que tout cela a commencé. A chaque fois que les fidèles étaient venus réciter le coran ou discuter des enseignements de Sérigne Touba, elle se retrouvait dans la cuisine à préparer de nombreux petits plats pour les talibés. C’est pour cela qu’on l’a prénommé la Yaayou Daara  la mère des daaras. » Se souviennent tous ceux qui l’ont connu à Paris. 

Yaayou Daara, la mère des étudiants

« Moi, il y a plus de 30 ans que je l’ai rencontrée. Lors de ce premier contact, je n’avais pas encore 20 ans. Et, au cours de la première rencontre, elle m’a offert un plat de Deukhine en plein Paris. Ce geste de générosité me marquera toute ma vie. » Se souvient, encore, Adja Fama Diouck. Depuis lors, ces deux grandes dames se sont retrouvées des milliers de fois, à Paris, aux pèlerinages à la Mecque comme à Dakar. Et, jamais, aucun autre souvenir n’est parvenu à éclipser le premier contact.

Avant d’être «la mère des daaras», Adja Absa Cissé est avant tout la mère de ses enfants : 3 garçons et une fille qui ont tous terminé de brillantes études universitaires et travaillent dans de grands groupes, en France comme au Sénégal. Riche de cette expérience, elle s’est prise d’amour pour des dizaines d’étudiants sénégalais de passage à Paris. Aujourd’hui, à les écouter parler de mère Absa, on ne pourrait pas les soupçonner d’avoir usurpé le titre de fils -ou de fille– si elle-même ne prenait pas le temps de livrer les secrets de leur rencontre, à un moment donné de la vie de ces jeunes livrés à eux-mêmes ; loin des leurs. « Une mère, ce n’est pas simplement celle qui a enfanté. Une mère, c’est celle qui sait écouter, apporter du réconfort et aider les plus jeunes à retrouver leurs voies« , ce sont ces mots qui ont toujours motivé Mère Absa.

Après avoir conquis son monde et fait sa réputation auprès de nombreux étudiants sénégalais à Paris qui, à leur tour, n’hésitaient pas à indiquer son adresse à celui qui a faim ou qui ne sait où dormir, mère Absa a décidé d’aller à l’assaut des grands banquets de la haute bourgeoise. Son cobaye, c’est Jacques Chirac. Alors que le président français visitait le salon de l’Agriculture de Paris, le président français s’est arrêté devant le stand occupé par « les Saveurs du Sénégal ». Et alors que le protocole croyait que le président Chirac ne devait que passer et agiter des mains devant les caméras, ce dernier s’arrête net. Habillée d’un grand boubou amidonné et portant un verre de jus de Bissap, mère Absa s’est avancée vers le président français. Et lui tend le verre. Surpris par ce geste de générosité, Jacques Chirac récupère le verre de Bissap. Et le boit en deux traits devant un protocole et une équipe de sécurité médusés. “Les gens sont venus me voir pour me demander si j’imaginais les conséquence de cet acte, au cas où le président tomberait malade. » Se remémore encore mère Absa, un brin jubilatoire de son audace.

«Croire en soi, en ses capacités et se battre», c’est la devise de mère Absa. C’est avec cette estime de soi en bandoulière qu’un jour, lors d’une visite de Abdoulaye Wade, en France, elle est allée dire aux organisateurs qu’elle voulait servir du Thiéré Mboume au chef de l’Etat. Sacrilège! «Aussitôt, tout le monde s’est opposé à cette idée, arguant que, puisque, le président venait de Dakar, il doit s’attendre à manger autre chose que cela. Mais, tenace, elle a servi du Thiéré Mboume à Abdoulaye Wade comme à l’ensemble de la délégation présidentielle. Contre toute attente -surtout du personnel de l’ambassade-, le président Wade a adoré le plat qui lui a été servi dans une calebasse », s’est souvenue Penda Sylla, sa belle fille.  

Faire manger du Thiéré Mboume au président Wade à Paris

«Croire en soi», c’est avec cette conviction et une calebasse en bandoulière que la maman devenue cheffe d’entreprise est allée à la rencontre des managers des grands palaces parisiens comme des sherpas d’organisations internationales. Au Shangri-La hôtel, au Georges 5, dans d’illustres hôtels parisiens comme dans la salle des réceptions de la mairie de Dakar, elle a servi son thiép, ses fatayas, pastels, akaras, son couscous aux feuilles comme ses jus de bissap ou de tamarin sous le regard presque inquisiteurs des invités étrangers à ces mets tropicaux. Et, à tous les coups, à l’heure du verdict ce sont des standings ovations qui saluent l’art culinaire de la maman sénégalaise, toujours drapée de l’étendard national. Tantôt accompagnée d’un griot jouant de la Kora parfois d’un balafon -pour leur vertu adoucissante-, Mère Absa a réussi, au cours des 15 dernières années, à représenter le Sénégal comme aucun ambassadeur n’a pu le faire à Paris. Le président François Holande, Bertrand Delanöe, Anne Hidalgo ont tous découvert les Saveurs du Sénégal grâce à cette maman engagée.

Et, cela, sans jamais être accompagnée par les autorités de son pays. «Elle est présente à toutes les rencontres culturelles en France pour représenter le Sénégal. A la fête de l’Huma comme au Salon de l’Agriculture où à la fête de la gastronomie, dans les fêtes de comité d’entreprise comme dans les festivals d’été. » A confié une source diplomatique sénégalaise.   Et comme les stands -dans lesquels elle expose- sont chers, elle se bat tous les ans pour rassembler de l’argent pour la location. Les nombreuses correspondances adressées aux autorités ne sont jamais suivies de résultats. «Pourtant, comme pour Abdoulaye Wade, elle a donné à manger à tous les 3 derniers présidents du Sénégal. Surtout à Abdou Diouf, pendant tout son séjour parisien», reconnaît cette source. A la francophonie, aussi, elle est devenue si familière des lieux que le personnel et les vigiles se jalousent sa proximité. «Parce que, à chaque fois que Maman Absa vient ici, on a de la bouffe dans nos cagibis pendant presque une semaine. On prépare nos barquettes pour récupérer les restes des banquets.» Admettent, aujourd’hui, ces reconnaissants du ventre.

Cette année, alors qu’elle s’attendait à, encore, se débrouiller toute seule -pour prendre son stand au salon de l’Agriculture de Paris-, une inattendue bienfaitrice est venue honorer la dette de son pays envers Adja  Absa. Après l’avoir reçue, Mme Mariéme Badiane qui a été désignée -cette année- comme la marraine de la «Journée du Sénégal » l’a mis en rapport avec le ministre de l’Agriculture. Sensible au combat -de longues dates- de cette digne ambassadrice du Sénégal en France, le ministre lui a donné l’occasion de participer, à toutes leurs activités. Cerise sur le gâteau, en attendant une méritée décoration -aux plus hautes distinctions-, le Dr Papa Abdoulaye Seck lui a donné un stand dans lequel elle pourra, tranquillement, représenter le Sénégal. Et donner à manger à la délégation sénégalaise comme aux visiteurs. Reconnaissante de cette main tendue des autorités, Mère Absa se sent désormais chargée d’une nouvelle mission : elle doit faire mieux que par le passé. Aussi, elle n’a pas manqué de dire que tout ce qu’elle souhaite, c’est que le Sénégal lui donne l’occasion de partager ses calebasses avec les occidentaux. Pour elle, «le Sénégal doit participer à toutes les activités culturelles qui sont organisées passent dans le monde pour montrer notre culture. »

 

 

Laisser un commentaire