NICARAGUA: Nouvelle poussée de violence au Nicaragua: au moins dix personnes tuées

NICARAGUA: Nouvelle poussée de violence

Au moins dix personnes ont été tuées et vingt autres blessées dans des attaques lancées par les forces gouvernementales dimanche 15 juillet dans plusieurs localités aux mains des rebelles dans le sud du Nicaragua, selon un bilan avancé par un groupe de défense des droits de l’homme.

Le Nicaragua, secoué depuis trois mois par une contestation sociale violemment réprimée, a connu dimanche une nouvelle poussée de fièvre puisque six civils, dont deux mineurs et quatre policiers ont trouvé la mort dans les opérations des forces de police et paramilitaires à Masaya, ville rebelle assiégée par les forces de l’ordre, dans le sud du pays et plusieurs régions de la région, rapporte l’Association nicaraguayenne des droits de l’homme.

Par ailleurs, des paramilitaires ont ouvert le feu sur le véhicule à bord duquel se trouvait Mgr Abelardo Mata, un évêque nicaraguayen qui se dirigeait vers Masaya. Le dignataire, qui est sains et sauf, est l’un des cinq responsables de l’Eglise qui assurent une médiation entre le gouvernement et l’opposition au Nicaragua.

Il s’agit des derniers épisodes en date dans les violences qui secouent depuis trois mois ce pays, le plus pauvre d’Amérique centrale, et qui ont au total fait au moins 282 morts et quelque 2.000 blessés.

Au coeur de la répression de ces dernières heures, la ville de Masaya, épicentre du mouvement de protestation, dont les étudiants sont le fer de lance, lancé le 18 avril contre le gouvernement du président Daniel Ortega. Une ville assiégée selon les organisations de défense des droits de l’homme. « Ils vont détruire Masaya, elle est totalement encerclée », craint Vilma Nuñez, présidente du Centre nicaraguayen pour les droits de l’homme (Cenidh).

A l’origine de la contestation, une réforme des retraites que le gouvernement a dû retirer sous la contrainte de la rue. Mais le mécontentement social ne s’est pas apaisée pour autant, renforcée par la violente répression du mouvement par les forces de l’ordre aux ordres du président Ortega dont l’opposition réclame la démission et des élections anticipées.

Laisser un commentaire