Mariage du prince Harry et Meghan Markle : pourquoi les Obama ne sont fina­le­ment pas invi­tés

Mariage du prince Harry et Meghan

Lancer les invi­ta­tions pour un mariage est un véri­table casse-tête, c’est encore pire lorsque l’union est prin­cière. Pour son mariage avec Meghan Markle, le prince Harry ne conviera fina­le­ment pas le couple Obama ; comme cela avait été évoqué dans un premier temps.

Barack et Michelle Obama peuvent arrê­ter d’ou­vrir quoti­dien­ne­ment leur boîte aux lettres en espé­rant y décou­vrir l’en­ve­loppe et le carton d’in­vi­ta­tion qui les convie­ront aux noces royales du prince Harry avec Meghan Markle, le 19 mai prochain. Mais si leurs noms avaient pour­tant été large­ment évoqués dans les semaines précé­dentes, car l’on sait le prince Harry assez proche de l’an­cien loca­taire de la Maison blanche, ils n’en feront – malheu­reu­se­ment pour eux – pas partie.

Comme l’a révélé un porte-parole de Kensing­ton palace, « il a été décidé qu’il n’est pas utile d’in­vi­ter des leaders poli­tiques, qu’ils soient britan­niques ou étran­gers, au mariage du prince Harry et de Meghan Markle. Le Gouver­ne­ment de sa Majesté a été consulté pour cette déci­sion qui a été prise par la maison royale ». Compre­nez par là que cette déci­sion a été prise par la Reine. Avec cette déci­sion du monarque, les fian­cés ne sont pas tenus non plus d’in­vi­ter Donald Trump. Un soula­ge­ment pour la future mariée qui avait tenu des propos très critiques envers l’ac­tuel président améri­cain. Ne seront pas non plus présents le Premier ministre britan­nique Theresa May ou le chef de l’op­po­si­tion, Jeremy Corbyn.

La raison avan­cée par Kensing­ton Palace est simple : le prince Harry n’étant pas amené à régner – il est actuel­le­ment cinquième dans l’ordre de succes­sion et passera sixième après la nais­sance du troi­sième enfant du prince William et Kate Midd­le­ton – il n’est pas tenu d’in­vi­ter de diri­geants poli­tiques. Il faut dire qu’a­vec ses 600 convives, on est bien loin des 1 900 invi­ta­tions lancées pour l’union du prince William et Kate Midd­le­ton. Et pour ce qui est des familles prin­cières étran­gères, leurs membres seront conviés si et seule­ment si ils sont des intimes des mariés. Un casse-tête de moins pour la sécu­rité qui sera déployée sur les lieux le jour J.

Laisser un commentaire