L’Equateur assure que ses journalistes enlevés se portent « bien »

L'Equateur assure que ses journalistes

Un journaliste, un photographe et un chauffeur sont retenus depuis une semaine par des guérilleros colombiens. Il s’agit du premier enlèvement de ce type depuis 30 ans.

Deux journalistes équatoriens et leur chauffeur enlevés lundi par des guérilleros colombiens, dissidents des Farc, se portent « bien », a indiqué samedi le ministre équatorien de l’Intérieur Cesar Navas. « Jusqu’à hier (vendredi), à ce qu’on sache, ils se portent bien, et la situation n’a pas changé », a dit Cesar Navas à la presse.

Une situation à nouveau tendue. Les trois – un journaliste, un photographe et leur chauffeur, qui travaillent pour El Comercio, l’un des principaux journaux équatoriens -, ont été enlevés lundi matin dans le village de Mataje, dans la province d’Esmeraldas (nord-ouest), près de la frontière avec la Colombie, selon les autorités. Selon la presse équatorienne, il s’agit du premier enlèvement de journalistes dans ce pays depuis 30 ans. La région où ils ont été enlevés connaît une augmentation de l’activité des militaires équatoriens contre des insurgés armés issus de l’ex-guérilla colombienne des Farc, qui a déposé les armes et est devenue un parti politique suite à un accord de paix en 2016.

Depuis janvier, cette zone a été le théâtre d’une série d’attaques contre les militaires équatoriens. Trois soldats y ont été tués et onze personnes ont été blessées dans l’explosion d’un engin artisanal la semaine dernière.

Laisser un commentaire