Laeti­cia Hally­day s’est dite « écoeu­rée » par la déci­sion de David Hally­day et Laura Smet de contes­ter le testa­ment de leur père, Johnny Hally­day.

Laeti­cia Hally­day s'est dite « écoeu­rée »

La guerre est décla­rée au sein du clan Hally­day. Ce matin, on appre­nait que Laura Smet et David Hally­day avaient été déshé­ri­tés par leur père, Johnny Hally­day.

Dans son testa­ment validé sur le sol cali­for­nien, l’idole des jeunes a décidé de léguer l’en­semble de son patri­moine immo­bi­lier et musi­cal à sa veuve, Laeti­cia. Ce testa­ment prévoit égale­ment qu’en cas de prédé­cès de celle-ci, l’en­semble des biens et droits du rocker seraient exclu­si­ve­ment trans­mis à leurs deux filles Jade et Joy par parts égales.

Par le biais de ses avocats, Laura Smet a donc annoncé qu’elle allait contes­ter les dispo­si­tions testa­men­taires de son père. Dans cette action en justice qui s’an­nonce longue et diffi­cile, la comé­dienne sera soute­nue par son frère, David Hally­day. Dans une lettre post­hume adres­sée par la suite à son père, Laura Smet a annoncé qu’elle et son frère allaient se « battre ». Dans ce cour­rier, elle n’a pas hésité à tacler sa belle-mère en évoquant deux maux qui conti­nuent aujourd’­hui de la ronger : celui de ne pas avoir pu voir son père aussi faci­le­ment qu’elle le souhai­tait , et surtout de ne pas avoir pu lui faire ses adieux.

Dans un commu­niqué publié ce lundi soir, Laeti­cia Hally­day a réagi à cette affaire, expri­mant son « écœu­re­ment de l’ir­rup­tion média­tique autour de la succes­sion de son époux », après la déci­sion de Laura Smet de contes­ter le testa­ment de son père. « Cepen­dant, elle ne souhaite pas polé­miquer par voie de presse sur les dires de Laura et David Hally­day et de leurs avocats. Elle regrette qu’ils aient choisi la voie média­tique plutôt que de s’en tenir à un cadre fami­lial et légal, pour­suit le commu­niqué. Laeti­cia Hally­day est aujourd’hui sereine et n’aura de cesse de consa­crer toute son éner­gie à faire respec­ter le travail et la mémoire de son mari, selon sa volonté et en confor­mité avec l’esprit de son œuvre ines­ti­mable. » Une longue bataille juri­dique s’annonce.

Laisser un commentaire