La soif de la population du Sine Saloum, après 33 jours sans eaux

    La soif

    Texte alternatif de la bannière

    Les investigations du quotidien Libération mettent en cause la Société d’exploitation des ouvrages hydrauliques (Seoh), une société privée contrôlée par des capitaux étrangers.

    Selon le journal, « ce n’est pas la Sde, mais bien la Seoh, qui est délégataire du service public dans les Îles du Saloum ».

    Une vraie catastrophe pour les populations qui n’arrivent pas à avoir une eau potable, alors que 0 des exploitants agricoles de la zone sont régulièrement approvisionnés par un réseau parallèle, dont les tenants ont été formellement identifiés.

    Libération interpelle les autorités étatiques sur la « mafia de l’eau » qui a pris en otage les populations.

    Laisser un commentaire